ENTRE CONDAMNATION ET ACQUITTEMENT, OÙ IRA V.KAMERHE ? [Analyse]

Vital Kamerhe Lwa Kanyiginyi Nkingi

Le 20 juin 2020, un tournant décisif dans les annales judiciaires de la RDC.

Du moins, la patrie aura identifié ses juges et avocats modèles qui ont résisté à la pression Politique et au rétropédalage des uns et des autres sans succès. D'autres ont perdu la vie sur le champ d'honneur. Ils méritent en tout cas la reconnaissance de la nation.

Du moins une double hypothèse à la question de savoir entre condamnation et l'acquitement, où ira le pacificateur vital Kamerhe jusqu'à ce jour Directeur de cabinet du Président Tshisekedi.

En tout cas, tout homme de bon sens ne peut souhaiter une condamnation d'un Père de famille, un homme pour ceux qui le connaissent socialement bon et libéral. Il sait conjuguer le verbe manger au pluriel, selon un témoignage d'un ancien collaborateur. Mais hélas, dans un dossier en justice, et au pénal, à cette étape, il n'y a que deux choses.

Soit Vital Kamerhe est acquitté, il en sort grand et plus populaire qu'avant. Il aura un discours politique pour l'avenir. Même si ses relations personnelles avec son Allié le Président Tshisekedi seront désormais caractérisées par la méfiance totale et réciproque.

Soit il est condamné pour les faits lui imputés. Dans ce cas de figure, la carrière Politique est subitement stoppée. Si le réquisitoire du ministère public est maintenu, une vingtaine d'années en prison, ce n'est pas une évidence pour rebondir politiquement. Le parti aux assises nationales pourrait en pâtir à l'absence du Leader.

Mais d'où vient ce qui arrive à Vital Kamerhe ? Au FCC, on se dit non concerné ni de prêt ni de loin n'ayant pas participé à l'exécution des travaux de 100 jours, indique un cadre du FCC sous couvert de l'anonymat. Au cach, par contre, selon les déclarations faites dans les médias depuis le début du procès, on sait déduire qu'on se rejette la responsabilité au niveau des alliés que sont l'UNC et l'UDPS. Même si cela se fait à visage découvert ou au motif que la justice fasse son travail. Certes un dossier judiciaire mais avec une petite et savante dose Politique.
Il faudra cependant en cas de condamnation savoir gérer l'opinion et les relations entre communauté. Mais au-delà de tout, Vital Kamerhe aura encore en cas de cette hypothèse de condamnation, la possibilité d'aller en appel contre le jugement du Premier Juge. Et même de saisir les instances internationales comme son avocat français l'a annoncé.

De toute évidence, c'est ça aussi l'inconnue quand on fait la politique et on assume de hautes charges. Ce sera un cas d'école pour tous les gestionnaires d'aujourd'hui et de demain.

La rédaction


E-mail