RD Congo : Louis d'or Balekelayi recense « les réalisations emblématiques » de Joseph Kabila durant ses 17 ans au sommet de l'État [Tribune]

RD Congo : Louis d'or Balekelayi recense « les réalisations emblématiques » de Joseph Kabila durant ses 17 ans au sommet de l'État [Tribune]

« En 17 ans, Joseph Kabila a jeté les bases solides et le fondement de la Nation congolaise, à travers ses emblématiques réalisations à telle enseigne que tous les efforts postérieurs ne peuvent que se greffer sur ce qu'il laisse comme héritage. »

Louis d'or Balekelayi, journaliste très respecté et expert en communication, assure dans sa tribune consultée par votre rédaction ce samedi, que le pays hérité en 2001 par Joseph Kabila était en ruine. Le 24 janvier 2019, lors de la première passation pacifique du pouvoir, cette République jadis sombre « allait mieux qu'il y a 40 ans ». De l'instauration de la paix et de l'unité nationale, passant par la normalisation de la vie démocratique et l'organisation des élections pluralistes, jusqu'à la reconstruction nationale et la relance de l'économie; ce doctorant retrace sur la table, trait sur trait, le retour du Congo dans le concert des nations sous la gouvernance de Kabila fils. Impossible d'être exhaustif, dit-il. Tribune.

l. Sur le plan politique et sécuritaire
 
- La relance du dialogue inter-congolais;
- La restauration du pays;
- La restauration de l'autorité de l'État;
- La mise en oeuvre de la démocratie avec trois cycles électoraux couronnés par la passation pacifique du pouvoir;
- La réforme de l'armée hissant les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) à la 10 ème place en Afrique;
- La réforme des FARDC et sa professionnalisation;
-  La décentralisation : le pays est passé de 11 à 26 provinces appelées à se développer à la base;
- La réforme de l'administration : la maîtrise des effectifs des fonctionnaires de l'État, la paie et l'amélioration des conditions de travail des fonctionnaires;
- La réforme de la justice et des instructions : la mise en place de toutes les institutions prévues par la constitution et l'assainissement de l'appareil judiciaire;
- La promotion des droits de l'homme avec la mise en place de la Commission nationale des droits de l'homme (CNDH);
- La victoire sur plusieurs rébellions malgré l'existence de plusieurs groupes armés locaux et étrangers.
 
II. Sur le plan diplomatique 
 
- Promotion de la diplomatie de la paix à travers les relations de bon voisinage et l'ouverture au monde; 
- Amélioration de l'image du pays;
- Promotion de la diplomatie de développement selon l'approche gagnant-gagnant;
- Retour du pays dans le concert des nations.
 
III. Sur le plan économique et infrastructures
 
- Le payement de la dette extérieure;
- L'atteinte du point d'achèvement de l'initiative PPTE;
- La reprise de la coopération structurelle avec les institutions de Breton Wood;
- La stabilisation du cadre macro-économique et la relance de l'économie : De 2001 à 2006 le PIB est passé de 2,1% à 5,3%, durant la même période l'inflation passe de 135,9% à 18,2%; de 2006 à 2019 le PIB est passé de 5,3% à 7,1% , au cours de la 
même période l'inflation vire vers le vert de 18,2% à 9,84%; de 2011 à 2016 le PIB s'est stabilisé à 6,9%.
 
La croissance économique due au secteur minier principalement après 2015. Lors de la participation des opposants au gouvernement, de Samy Badibanga à Bruno Tshibala, on a noté un recul sur le plan économique;
 
- La construction et réhabilitation des infrastructures à travers deux programmes à savoir les cinq chantiers et la révolution de la modernité en vue de l'émergence du pays en 2030;
 
• Les routes : Kinshasa - Matadi 340km, réhabilitation et bétonnage de 164km des tronçons Nsele - Lufina (93,8km), Kwango - Kenge (70km, 34km). Sur la Route nationale n°1 entre Batshamba et pont Lovua (174km), jusqu'à Tshikapa aujourd'hui; réhabilitation de la Route nationale n°1 Matadi - Boma; réhabilitation des tronçons Kasumbalesa - Lubumbashi - Likasi dans le Haut-Katanga; le bitumage de la route Likasi - Kolwezi(184km); le bitumage de la Route nationale n°5 et de celle n°4; plusieurs routes en terre battue reliant différentes villes, Kisangani et Béni, Kasomeno et Uvira, Kisangani et Buta, Mongala à Bandundu-ville, Akula à Gemena, et Bunia à Mahagi et Koli.
 
• Les ponts : le pont Mpozo à Matadi (200 mètres linéaires), le pont Loange reliant le Kwilu et le Kasaï (520 mètres de portée), le pont Tshopo II à Kisangani (150 mètres), le pont Lualaba sur l'axe Likasi-Kolwezi (710 mètres), le pont Lukunga sur la Route nationale dans la ville de Kalemie (128 mètres), le pont Nyunzu dans le Tanganyika.
 
• les voiries : réhabilitation et modernisation de l'avenue de la Libération ex-24 nombre à Kinshasa, modernisation du Boulevard du 30 juin de 04 à 08 bandes, modernisation du Boulevard Lumumba de 04 à 08 bandes, réhabilitation des avenues Poids Lourds et By-Pass de de 02 à 04 bandes modernisation et élargissement du Boulevard Triomphal et de l'avenue Sendwe.
 
• Les aéroports : construction des tours de contrôle de Kinshasa, Lubumbashi et Kisangani.
 
• Infrastructures de l'énergie : réhabilitation des groupes G21 et G22 d'Inga, et la centrale de Zongo II (150 KW); construction de la deuxième ligne de transport entre Inga et Kinshasa, et du barrage de Kakobola dans le Kwilu, de 2 groupes de la Ruzizi et d'autres centrales de Kolwezi, Malebe, Kwilu, Tshopo, Mobayi Mbongo.
 
• Transport : Congo Airways et Transco.
 
• Les infrastructures sanitaires, scolaires, universitaires et sportives : 1000 écoles à travers les provinces educationnelles, 1 institut d'enseignements supérieurs, de grands hôpitaux (Cinquantenaire de Kinshasa, Cinquantenaire de Lubumbashi), 70 centres de santés, plusieurs centaines d'écoles;
 
- la relance du secteur minier et la promulgation du code minier profitable aux congolais. Ce qui lui a valu la guerre des forces prédatrices qui cherchent sa tête.
 
Joseph Kabila, en 17 ans, a réalisé beaucoup de choses qu'on ne saurait évoquer de manière exhaustive. De ce fait, il a jeté les bases solides et le fondement de la Nation. Et que tous les efforts postérieurs ne peuvent que se greffer sur ce qu'il laisse comme héritage. Certes, il n'a pas tout fait parce que le mal congolais était profond. Le pays dont il a hérité en 2001 étant en ruine. Le 24 janvier 2019, lors de la passation pacifique du pouvoir, la République démocratique du Congo allait mieux qu'il y a 40 ans.
 
Louis d'or Balekelayi Nyengele
 
 
 

E-mail