RD Congo : Katumbi et Fayulu s'entretirent, par de proches interposés

RD Congo : Katumbi et Fayulu s'entretirent, par de proches interposés

La toile congolaise est en ébullition. La coalition de l'opposition Lamuka se tire depuis quelques jours. Les pros riche homme d'affaires et ex-gouverneur de la province morcelée du Katanga Moïse Katumbi et ceux du candidat malheureux à la présidentielle de 2018 Martin Fayulu, se livrent une bataille des mots durs depuis les milieux de cette semaine. Rixe lexicale engendrée par le pic jugé « malsain » d'un autre leader de Lamuka réputé proche de Fayulu, Adolphe Muzito.

Celui-ci, répondant aux questions du journaliste congolais Marius Muhunga depuis son plateau à Washington, a traité le président du célèbre club congolais Tout Puissant Mazembe de « petit monsieur », alors qu'il est un allié politique. En sus, il a tenu remettre à plat la participation financière de ce dernier lors de la campagne électorale menée par Martin Fayulu, qui était le candidat commun aux élections présidentielles pour Lamuka. Un traitement médiatique sans langue de bois de Muzito rapidement soutenu par les partisans de Martin Fayulu.

La réplique ne se pas fait attendre. Une cohorte enragée de communicateurs, proches de l'opposant Katumbi devenu "allié" du président Tshisekedi, ont pris d'assaut les médias.

« Nous dirons à Fayulu de faire taire son chien. Il parle trop... qui a payé le jet qui a aidé Fayulu à battre campagne ? Muzito a voulu voir le président Tshisekedi en catimini, négocier un poste comme préalable à sa participation aux consultations. Ayant obtenu une fin de non recevoir, il se met à insulter tout le monde et même Katumbi parce que lui a accepté de prendre part à ces consultations », s'est longuement exprimé Francis Kalombo dans le magazine audiovisuel en ligne Info 243.

Pour compléter, « il existe vraiment des ingrants sur terre. Dans Lamuka, c'est lui Muzito le plus petit, en termes de prestance, de popularité ou des moyens financiers, c'est lui le plus petit. »

Quand Serge Welo, ancien candidat aux législatives nationales reconverti en farouche défenseur de monsieur Fayulu, prend sur Twitter la défense de son leader et celui de l'ancien premier ministre Adolphe Muzito.

« Martin Fayulu à 27 ans, vous etiez directeur à Mobil Oil à Kinshasa, directeur général d'Exxon Mobil, vous vous déplaçiez déjà avec des jets privés pendant que le camionneur (allusion faite à Katumbi, ndlr) vendait du poisson au marché de Lubumbashi (la deuxième ville de la RDC, ndlr). Quand vous etiez à la Conférence nationale souveraine (une rencontre politique nationale des années 1990, ndlr), à l'Union sacrée de l'opposition, au HCR-PT, où étaient -ils ? »

Quand un autre communicateur de Katumbi, Michael Tshibangu, réplique : « les gens oublient facilement, pendant trois ans, Faden House (Hôtel de l'opposant Fayulu, ndlr) a été scellé. On veut nous distraire avec les discours de "quand j'étais" Il l'était, et aujourd'hui il l'est ? (...) Il faut dire aussi merci à Félix Tshisekedi pour avoir demandé la réouverture de Faden House qui était scellée en raison d'impôts impayés. Prenez de la hauteur ! »

Un conflit atroce qui conduit, sans trop réfléchir, à la fin d'un cheminement commun que certains ont tôt qualifié d' « hypocrite ».

Tony-Antoine Dibendila


E-mail