Union sacrée : Le « venir plus tard » de la CENCO, le silence mystérieux des opposants, le « non merci » du PPRD

Union sacrée : Le « venir plus tard » de la CENCO, le silence mystérieux des opposants, le « non merci » du PPRD
Les concertations annoncées par le président congolais Félix Tshisekedi débutent ce lundi. Elles se tiennent au Palais de la Nation à Kinshasa, siège officiel des bureaux du président. « Gouvernance électorale » est le thème pour cette journée. Des organisations de la société civile spécialisées sur les élections et certaines confessions religieuses vont y prendre part. Pour la participation à ces travaux, les opposants de premier plan restent silencieux.
 
On notera pour ce premier jour la participation également de la CENI (la Commission électorale du pays), aux côtés des ONG telles que Symocel, AETA et les confessions religieuses telles que l'Eglise du Christ au Congo (ECC), Eglise Kimbanguiste...
 
l'Eglise Catholique à travers la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) n'y sera pas pour ce premier jour. Via l'Abbé Nshole, son secrétaire général, les catholiques disent attendre le retour à Kinshasa du président de la CENCO Monseigneur Marcel Utembi pour répondre à l'invitation, qui n'a d'ailleurs pas été envoyée pour une participation ce lundi.
 
Dans la toile, la polémique reste toutefois vivace. Certains considèrent les explications catholiques comme « un refus poli », tandis que d'autres n'y voient aucune raison de polémiquer surtout que les catholiques ont accepté d'y être en émettant une condition, que "le peuple ne soit pas oublié".
 
Les consultations débutent, et jusque-là plusieurs personnalités politiques de premier plan ne se sont pas encore officiellement prononcées. Au-delà de leurs lieutenants qui chacun va de ses humeurs, le candidat malheureux à la présidentielle de 2018 Martin Fayulu, les opposants Adolphe Muzito et Jean-Pierre Bemba restent silencieux et entretiennent le mystère.
 
Néanmoins, l'entourage de l'opposant Moïse Katumbi reste unanime et annonce sa présence dans la capitale pour la semaine en cours en vue de participer à ces consultations. Le PPRD de Joseph Kabila se dit non intéressé. Dans les indiscrétions de la dernière rencontre du Front commun pour le Congo (FCC), famille politique de l'ancien président, relayées par nos confrères de Jeune Afrique, ce dernier aurait dit avoir appris que les autres politiques majeurs du pays ont été consultés plus tôt, à part lui alors qu'il est « un gros poisson. »
 
Entre-temps, les tractations continuent. Les soupçons de debauchages ou achats de conscience par le camp présidentiel circulent intensément, car certains estiment que le président Tshisekedi manigance pour se créer une majorité à l'Assemblée nationale et aboutir à la mise en place d'un nouveau gouvernement. Tâche pas facile, au regard de la stratégie de « resserons les rangs » que le FCC, majoritaire au Parlement, adopte.
 
Tony-Antoine Dibendila

E-mail