KINSHASA : RISQUE D'AFFRONTEMENTS ENTRE LE FCC ET LE CACH AU PALAIS DU PEUPLE (OPINION)

KINSHASA : RISQUE D'AFFRONTEMENTS ENTRE LE FCC ET LE CACH AU PALAIS DU PEUPLE (OPINION)

Dépuis l'annonce lundi 19 octobre 2020 par le protocole d'État de la prestation de serment de trois juges nommés par les ordonnances présidentielles contestées pour violation intentionnelle de la constitution et sans que le Parlement en prenne l'initiative selon les us et coutumes, la tension est montée d'un cran entre les partisans de deux forces de la coalition. A savoir le FCC et le cach.

D'un côté, le cach qui avance dans le sens d'un forcing selon certains observateurs, menace de descendre au palais du peuple et de tout casser si la cérémonie de prestation de serment non initiée par le protocole d'État n'a pas lieu. Le siège du parlement est encore une fois sous menace de destruction comme autrefois et les enquêtes pour sanctionner les auteurs jamais menées.

De l'autre côté, les participants du FCC menacent également descendre le mercredi 21 octobre des le matin au palais du peuple pour protéger les institutions et la démocratie menacées par la violation de la constitution à travers les dernières ordonnances présidentielles, indique une source proche de cette plateforme.

Face à ce dilemme, renseigne une source policière, il y aurait même des divergences au sein de la police quant à la conduite à tenir pour préserver l'ordre public.

Dans ce contexte d'insécurité imminente, l'opinion se demande à quoi servirait une prestation de serment des juges sans la présence des Députés et sénateurs du FCC y compris les deux bureaux de deux chambres. Par conséquent, quel sens aurait une telle cérémonie organisée uniquement devant 32 Députés et 7 sénateurs du cach non représentatifs de la nation et les invités.

D'aucuns craignent que le Camp présidentiel passe d'irrégularités en irrégularités et de violation en violation de la Loi fondamentale du Pays.

Professeur Baudouin KOKOLO MATA, Analyste Politique


E-mail