Élections 2023 : Fidèle Likinda alerte, « l'UDPS commence à avoir peur d'aller aux élections »

Élections 2023 : Fidèle Likinda alerte, « l'UDPS commence à avoir peur d'aller aux élections »

Une puissante prise de position sur l'actualité politique, émise ce dimanche par Fidèle Likinda Bolom'elenge, député national et cadre du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD). Dans son argumentaire fleuve remis à votre rédaction, ce politique fait une analyse prospective sur l'UDPS, un des partis de la coalition au pouvoir FCC-CACH, dont le leader est le président congolais Félix Tshisekedi. Honorable Likinda souligne donc que cette organisation politique « commence à avoir peur d'aller aux élections » prévues en 2023 et ce, pour des raisons précises, et pas les moindres.

« Le parlement de la rue ne développe pas le pays, notre République est assise sur une constitution votée par le souverain primaire et promulguée par le président honoraire Joseph Kabila Kabange. L'UDPS commence à avoir peur d'aller aux élections en 2023 parce que pendant les deux premières années au pouvoir leur bilan est gravissime et lourdement négatif », détaille-t-il.
 
Pour ensuite élucider, « à titre d'exemple, précise Fidèle Likinda, le programme de 100 jours, une histoire montée de toutes pièces pour vider plus d'un milliard cinq cent millions de dollars américains laissés dans le compte du Trésor public comme réserve de la République par Joseph Kabila Kabange. Conséquence sur le plan économique, la dépréciation de la monnaie nationale et l'augmentation de prix sur le marché. »
 
Et de conclure, tranchant, « bref, l'UDPS en difficulté parce que le leadership du parti ne donne pas l'impulsion. Et ses dirigeants passent leur temps à occuper la rue. COVID-19, un alibi de mauvais goût quant à la gestion calamiteuse des Finances allouées à la gestion de cette pandémie. La grève du personnel soignant en est une illustration. »
 
Dans les faits, plusieurs formations politiques soupçonnent le parti présidentiel de vouloir repousser les élections. Le Front commun pour le Congo (FCC), plateforme de l'ancien président Joseph Kabila a, dans un communiqué publié courant semaine dernière, assuré qu'elle est prête à soutenir les réformes portant sur le processus électoral dans le cadre institutionnel, mais pas celles qui peuvent repousser les échéances électorales au-delà de 2023.
 
L'UDPS ne s'est pas officiellement prononcée jusque-là en faveur du report, mais certaines personnalités proches de cette formation politique renseignent qu'un « glissement » est envisageable. D'où le bouclier anti-report qui se conçoit au sein de différents bords politiques. Fidèle Likinda,  s'inscrit dans la logique de la phrase précédente.
 
Tony-Antoine Dibendila

E-mail