RDC : La Ligue de jeunes du PPRD promet d'accompagner sa Jeunesse ouvrière

RDC : La Ligue de jeunes du PPRD promet d'accompagner sa Jeunesse ouvrière

Samedi 14 mars à Kinshasa, la coordination nationale de la Jeunesse ouvrière du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) que dirige Paul Ramazani, a organisé une rencontre de réflexion politique axée sur la création d’un « observatoire des jeunes ouvriers du PPRD ». L'idée vise la multiplication des opportunités et la consolidation des conditions sociales de jeunes de cette formation politique. À l’issue des travaux, « le conflit intergénérationnel, la méfiance entre certains cadres, l’impréparation de jeunes du parti à assumer les responsabilités publiques... » sont apparus comme quelques uns d'obstacles qui se dressent devant ces jeunes du parti de l'ancien président congolais Joseph Kabila. Des solutions à présenter à la hiérarchie ont été proposées. Projet adopté, il sera soumis au secrétaire permanent pour appréciation.

Le président de la Ligue des jeunes du PPRD, Serge Kadima, promet un accompagnement à ce projet.
 
« Nous prenons l’engagement d’apporter ce travail au camarade secrétaire permanent, qui est le commandant en chef de notre parti, et lui va l’exploiter et va faire rapport au président national pour que solution soit apportée aux différentes préoccupations soulevées par les camarades du parti. Je félicite de la manière la plus solennelle le camarade Paul Ramazani et ses collaborateurs du département pour l’initiative. Etant coordonnateur, je ne suis qu’une courroie de transmission entre tous les départements de la Ligue des jeunes et le secrétariat permanent du parti. Nous allons voir dans ce qui a été recommandé ce qui peut être fait à notre niveau en tant que président national et ce qui ne pourra pas l’être, on pourra porter auprès du secrétariat permanent qui a suffisamment de solutions à nos problèmes. »
 
Et c'est Paul Ramazani, coordonnateur de la Jeunesse ouvrière du PPRD, de prendre voix.
 
« Il y a des jeunes entrepreneurs, des jeunes dans les entreprises publiques, des jeunes dans le secteur libéral, des jeunes dans les cabinets politiques. Il fallait réfléchir pour voir comment est-ce que leur social est organisé, comment est-ce que nous au niveau de la Jeunesse ouvrière nous pourrions dans la mesure du possible essayer de plaider pour accroître et multiplier les opportunités, les missions de service, les missions de formation et tous les avantages et primes liés à leur fonction qui doit leur revenir de droit. Nous avons maintenant un document (observatoire des jeunes ouvriers du PPRD, ndlr). Le gros à faire c’est après cette activité. Il faut voir la hiérarchie du parti, les autorités, il faut essayer dans la mesure du possible à bouger les lignes... Je pense qu’avec le mot du président de notre ligue, Serge Kadima, nous sommes, rassurés. Nous savons qu’avec son implication et son attachement à défendre les jeunes, ce document pourra trouver gain de cause. »
 
La coordination nationale de la Jeunesse ouvrière compte 100 jeunes ouvriers au total, répartis en quatre commissions : Jeunes-Politiques, Jeunes-Entreprises publiques, Jeunes-Entrepreneuriat et Jeunes-Secteur libéral. Chacune de ces commissions a pu réfléchir sur les défis auxquels font face les jeunes.
 
Tony-Antoine Dibendila

E-mail