Marche FCC : Des lacrymogènes à Kananga, une mobilisation tous azimuts à Goma

Marche FCC : Des lacrymogènes à Kananga, une mobilisation tous azimuts à Goma

C'est l'extension de la marche organisée à Kinshasa, la capitale congolaise jeudi dernier. Plusieurs villes du pays ont pris relais. La plateforme politique de l'ancien président Joseph Kabila manifeste en guise de soutien aux institutions de la République, mais pas seulement. Le Front commun pour le Congo (FCC) dit constater « une dérive dictatoriale » dans certaines initiatives du président Tshisekedi.

Il est 10 heures locales à Kananga une ville du centre du pays, aux abords du Rond point MONUSCO, point de départ de la marche FCC. Des militants FCC qui se sont vus, se réunissant, attaqués par des partisans des formations politiques adverses, notamment avec les jets de projectiles. Entraînant l'intervention de la Police, qui fait usage des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.
 
Acte condamné par le secrétaire fédéral du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) Kasaï Central, et coordonnateur adjoint du FCC dans la province, Kanku Tubenzele. Il invite la population à la culture démocratique et promet de saisir la justice pour y traduire la main noire derrière ces attaques.
 
Dans le mémorandum devant être déposé par les marcheurs, adressé au président Tshisekedi, que votre rédaction a pu se procurer on peut lire.
 
« Vu que notre peuple a plutôt besoin de pain, d'eau, d'électricité... que des conflits institutionnels qui tendent à devenir un blocage pour ses aspirations aux bonheurs, vu la nécessité et l'urgence, suggérons à votre autorité :
- De veiller sans relâche au fonctionnement harmonieux des institutions de la République, gage de paix et de stabilité au pays;
- D'assurer la cohésion de la coalition au pouvoir jusqu'à la fin de votre mandat, en vue d'éviter le péché de mésententes qui, comme il y a 60 ans, ont fait sombrer notre pays dans le chaos;
- De ne pas vous laisser entraîner dans des querelles inutiles et sans fondement, alors que vous avez le social de la population à promouvoir selon votre leitmotiv. »
 
Vers l'Est du pays dans la ville de Goma, comme initialement prévue en ce chef-lieu de la province du Nord-Kivu, la marche organisée par le Front Commun pour le Congo(FCC) vient de commencer au stade de l'Unité, avec comme point de chute la Tribune de la paix communément appelée ONC.
 
Plusieurs milliers des militants et partisans de partis et regroupements politiques membres du FCC répondent présent à cette manifestation dite pacifique qui selon les organisateurs, vise non seulement le soutien de la constitution et des institutions du pays, mais également exprimer leur solidarité au peuple congolais longtemps touché par des affres de guerre et actuellement victime de la pandémie de COVID-19.
 
Dans cette ville aux populations très politiques, on pouvait lire sur certaines banderoles : « FCC/Nord-Kivu dans la rue pour dire non à la dictature et non à aux violations de la constitution sous peine  de haute trahison », ou encore « non à la présence des forces étrangères sur le sol congolais. »
 
La rédaction

E-mail