La ligue de femmes du PPRD souhaite que le député Gekoko, au cœur d'un scandale immoral, soit traduit en justice

La ligue de femmes du PPRD souhaite que le député Gekoko, au cœur d'un scandale immoral, soit traduit en justice

L'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti dont le leader est le président Tshisekedi, a organisé plusieurs marches jeudi 09 juillet à travers les grandes villes de la République démocratique du Congo, pour contester la désignation de Ronsard Malonda comme président de la Commission électorale du pays (CENI). En marge de celle organisée à Kinshasa, le député provincial cadre de l'UDPS Gérard Mulumba dit Gekoko, y a pleinement pris part, réunissant les militants de ce parti qui lui sont proches. Après cette sanglante marche, une vidéo circule dans les réseaux sociaux et dévoile une scène montant le député provincial en train de demander à une dame d'uriner sur la photo de Ronsard Malonda. Et cette dernière s'exécute.

Frustrée par la vidéo qui fait l'actualité, la ligue des femmes du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), par le biais de sa vice-présidente Marie-Louise Mwange, monte au créneau.

À travers une déclaration, lue par elle ce samedi, les femmes du PPRD demandent au président de l'Assemblée provinciale de Kinshasa, l'honorable Godet Mpoyi de se saisir de ce dossier pour « lever les immunités de l'honorable Gekoko » afin qu'il soit traduit en justice pour « flagrance. »
 
Au président congolais Félix Tshisekedi, les femmes du PPRD qui ont vu la dignité de la femme être bafouée à travers cette vidéo aux accents dénigrants, sollicitent son implication dans cette affaire qui n'est rien d'autre que, assurent-elles, « l'attentat à la pudeur et l'outrage aux bonnes mœurs, dont se sont rendus coupables l'honorable Gekoko Mulumba et la militante de son parti. Ce, en application de l'article 21, alinéa 3, 167 et 172 du code pénal congolais. »
 
Dans ladite déclaration, la ligue de femmes du PPRD déplore les pertes en vies humaines et matérielles survenues au cours de cette marche, et s'étonne que l'UDPS, parti au pouvoir, puisse envoyer ses militants dans la rue alors qu'il a ses élus dans le Parlement pouvant sérieusement débattre sur toutes les questions liées à la marche de la République. Mais aussi, et enfin, l'ignorance qu'a fait montre les manifestants, a l'égard de l'état d'urgence décrété par le président Tshisekedi.
 
La rédaction
 

E-mail