Après interdiction des marches à Kinshasa par le gouverneur, la police se prépare à toute éventualité

Après interdiction des marches à Kinshasa par le gouverneur, la police se prépare à toute éventualité

Le gouverneur de la ville de Kinshasa Gentiny Ngobila vient de rejeter ce mardi 07 juillet, l'organisation de toutes les marches prévues en cette période d'état d'urgence. La formation politique UDPS, dans une correspondance adressée au gouverneur, avait prévu la tenue pour jeudi prochain d’une marche contre la désignation de Ronsard Malonda comme candidat des Confessions religieuses pour la présidence de la CENI. Le PPRD avait également saisi le gouverneur à travers une lettre lui annonçant sa marche pour le même jeudi, en guise de soutien aux institutions de la République et aux acquis de l'alternance.

Un cocktail qui rappelle les grandes violences lors de dernières manifestations croisées entre les jeunes de deux partis, pourtant en coalition gouvernementale. Le gouverneur, après une réunion avec toutes les parties, y compris l'opposition dont Lamuka et autres mouvements de la société civile qui espéraient manifester pour des raisons similaires, a tranché en faveur du respect de l'état d'urgence décrété pour lutter contre le Coronavirus.
 
« Y réagissant, je tiens à vous rappeler que la République est en état d’urgence sanitaire… lequel a poussé le chef de l’État à prendre des mesures telles que l’interdiction de rassemblement de plus de vingt personnes », a dit Gentiny Ngobila aux responsables de ces formations politiques et organisations de la société civile.
 
Pour conclure, « la manifestation que vous comptez organiser, va à l’encontre de ces mesures. Aussi , je ne saurai prendre acte de votre demande. »
 
Dans les faits, les deux principaux partis de la coalition, UDPS et PPRD, avait pratiquement programmé d'emprunter les mêmes itinéraires pour leurs  marches, mais pour des causes opposées. Ce qui accroît le risque d'affrontements, surtout qu'ils sont généralement sanglants. Face à un tel imbroglio, à un tel scénario qui ne sera visiblement que violence, le gouverneur Ngobila a apparemment privilégié l'apaisement, c'est-à-dire l'interdiction de ces deux manifestations, et celles des autres.
 
Certains semblent bouder la décision du gouverneur, et maintenir leurs marches. Les autorités de la ville assurent quant à elles que la force de l'ordre se prépare à toute éventualité.
 
Tony-Antoine Dibendila

E-mail