RDC: Célestin Tunda ya Kasende va démissionner!

Célestin Tunda ya Kasende

Le vice-Premier ministre congolais et ministre en charge de la Justice, Célestin Tunda ya Kasende « va démissionner la semaine prochaine », apprend POLITICO.CD des sources exclusives.

Le président Félix Tshisekedi lui a interdit d’accéder au Conseil des ministres, appelant à son départ.

Le bras de fer opposant le président Félix Tshisekedi à la coalition du Front Commun pour le Congo (FCC) autour de Célestin Tunda ya Kasende, vice-Premier ministre et ministre en charge de la Justice, pourrait bientôt se terminer. Selon plusieurs sources au sein de la coalition de Joseph Kabila, le ministre de la justice va rendre son tablier dès la semaine qui commence. « Il a accepté de rendre sa démission. Il ne veut pas être au cœur d’une crise institutionnelle. Lui interdire d’accéder au Conseil des ministres est totalement illégal et sa démission n’interviendra que parce que lui-même est un homme d’Etat et n’a pas voulu aller en guerre intitule », explique un député élu du PPRD.

Selon d’autres sources au sein du FCC, l’officialisation de cette démission interviendra à l’issue d’une rencontre stratégique entre Joseph Kabila et des cadres de sa coalition du FCC. Selon nos informations, l’ancien Chef de l’Etat devrait s’entretenir avec ses hauts cadres ce week-end à Kinshasa. Les décisions qui seront prises, explique une source, seront appliquées dès la semaine prochaine. « La question de la démission de Tunda ya Kasende y sera abordée sereinement. Il est question de privilégier la paix et la stabilité entre les institutions et les alliés, mais nous n’allons pas non plus permettre que les lois soient délibérément violées par qui que ce soit », met en garde cet élu Kabiliste.

Vendredi 03 juillet, le président Félix Tshisekedi a en effet demandé à son ministre de la Justice de se déconnecter du Conseil des ministres tenu sur vidéo conférence depuis le début de la pandémie de Covid-19 RDC. Le président congolais a fait par ailleurs fait savoir au gouvernement qu’il avait exigé la démission de Célestin Tunda auprès de Joseph Kabila, son prédécesseur et allié, à l’issue d’une réunion en tête-à-tête qu’ils ont eu la veille. « Le président honoraire Joseph Kabila n’était pas contre le principe de démission de Célestin Tunda, mais il avait demandé au Chef de l’Etat d’y aller en douceur, tout en respectant les lois et les procédures », explique de son côté ce député du PPRD, qui a requis l’anonymat.

Tshisekedi et Kabila veulent calmer les choses

Les deux coalitions au pouvoir autour de Félix Tshisekedi et Joseph Kabila traversent des vives tensions depuis plusieurs mois. Trois propositions de lois émanant des élus du FCC ont provoqué des vives protestations de CACH et de la société civile. L’UDPS, le parti de Félix Tshisekedi, a violemment manifesté dans la capitale, s’attaquant même aux domiciles des cadres du FCC. De son côté, Célestin Tunda a envoyé des avis positifs autour de ces lois et au nom du gouvernement, sans que ce dernier ne statue sur la question. Ce qui a provoqué la colère du chef de l’Etat congolais.

Le samedi 26 juin, Célestin Tunda a été brièvement interpellé à Kinshasa et interrogé par la justice avant d’être relâché. Selon des proches du président Félix Tshisekedi, ce dernier avait « promis de démission » à l’issue de sa libération. Ce qui n’a pas été fait. « Il n’est pas possible que le Chef de l’Etat continue de travailler avec un fausseur. Ce Monsieur a engagé le gouvernement de la République sans envoi l’autorisation ni l’aval. Ceci est inacceptable », explique un membre du cabinet du président Tshisekedi à POLITICO.CD.

Le président Félix Tshisekedi s’est entretenu jeudi en tête-à-tête avec Joseph Kabila pendant plus de deux heures à sa résidence de N’sele, dans l’Est de Kinshasa. Les deux alliés ont convenu de maintenir leur coalition, malgré les menaces du FCC d’aller en cohabitation avec le Chef de l’Etat congolais. Si le contenu de leurs échanges n’ont intégralement fuité, Félix Tshisekedi et Joseph Kabila, expliquent leurs proches respectifs, ont néanmoins convenu de la « nécessité de maintenir la coalition« . « Le président Joseph Kabila a été clair durant ses nombreuses rencontres avec le Chef de l’Etat. Il l’a mis en garde contre les extrémistes: cette Nation ne sera pas construite par les extrémistes, lui avait-il dit et nous espérons que le Chef de l’Etat ne laissera pas la nation être prise en otage par des extrémistes« , révèle un cadre du FCC.

Fred


E-mail