CENI : ENFIN RONSARD MALONDA REMPLACE NAANGA. L'ASSEMBLÉE NATIONALE ENTERINE.

RONSARD MALONDA

Malgré les derniers aboiements du cardinal de Kinshasa et les manœuvres d'un diplomate en poste à Kinshasa pour barrer la route à RONSARD MALONDA, pourtant d'une expérience inégalable, la voie de la raison a triomphé au sein des confessions religieuses.

Malgré les pressions politiques et les menaces et toutes les tentatives de corruption, les délégués de confessions religieuses en âme et conscience ont opéré un choix de l'excellence, de l'expertise.

Ronsard MALONDA qui a travaillé avec Feu Malumalu, Ngoyi Mulunda, et enfin Corneille NAANGA, était l'oiseau rare recherché, combattu mais jamais abattu.

Après multiples tractations entre confessons religieuses, après l'échec du cardinal Ambo dans ses prétentions démesurées de se prendre pour Dieu le Père pour imposer un candidat de son choix, une leçon vient de lui être administrée. l'Assemblée nationale a entériné le choix de la majorité. C'est a dire Ronsard MALONDA.

Pour rappel, RONSARD MALONDA est un catholique pratiquant, juriste de formation sortie de la cuisse de l'Université de Kinshasa et qui a plusieurs spécialisations en matière électorale.

L'opinion espère qu'il fera mieux que son prédécesseur dont l'organisation des élections ont fait des victimes des AVC et engendrer des élus contestés et ou nommés selon les uns et les autres, a tort ou à raison. Naanga aura laissé dans les archives électorales du pays un contentieux le plus long qui a laissé le goût de la cendre dans la boucle des centaines des personnes supposées élues mais aujourd'hui sans sièges.

 

Né en 1976, cet originaire du sud-ouest congolais est un rodé des opérations électorales, 15 ans d'expérience dans les coulisses des cycles électoraux. Membre de Pax Romana – Mouvement international des intellectuels catholiques, MIEC – Pax Romana, en RDC. Il y fut trésorier puis président de la section Pax Romana/Miec-Université de Kinshasa, pour devenir plus tard vice-président national. Il a fait partie du comité d’organisation du 1er atelier des acteurs politiques catholiques de la RDC et du secrétariat scientifique de cet atelier.

Détenteur d'une Licence en droit international public de l'Université de Kinshasa et d'un Master en Administration électorale de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne à Paris.

 
Sur recrutement du PNUD en 2005, il fait son entrée à la Commission Electorale Indépendante (CEI, l'ancêtre de la CENI), comme superviseur technique national. Il occupe ce poste de 2005 à 2007, sous supervision du coordonnateur des opérations techniques de terrain. Il participe à l’élaboration des procédures opérationnelles et à la formation des agents électoraux ainsi qu’à la gestion des Centres Locaux de Compilation des résultats électoraux. Courant 2007, deux ans plus tard, il devient le point focal chargé de suivi des opérations. En novembre de la même année, jusqu'en mai 2009, il devient expert juriste. Occupant simultanément ce poste et celui d'observateur international de la SADC pour l’observation des élections présidentielle, sénatoriales et législatives au Zimbabwe.
 
Pour lui, la flèche reste ascendante : gestionnaire des pools chargé des provinces du Bas-Congo, Kinshasa et de Bandundu au sein de la cellule technique chargée du suivi des opérations de Juin 2009 en avril 2010; secrétaire technique national adjoint chargé des pools opérationnels et des projets de mars 2010 à mai 2011, sous la responsabilité du secrétaire exécutif national, avec pour tâches entre autres la centralisation des travaux opérationnels des cellules techniques et des bureaux de liaison. Il va œuvrer de mai 2011 au 30 novembre 2015 comme directeur chargé de la coordination et du suivi des opérations.
 
En 2012, en tant qu'observateur international de la RDC, il prend part à l’observation de l'élection présidentielle en Russie. Un an après, en 2013, il est observateur international du Korean International of Cooperation Agency (KOICA) pour l’observation des élections locales en Corée du Sud. Aussi, membre de plusieurs autres missions internationales d’observation électorale : République Centre Africaine, République du Congo, Malawi et Angola.
 
À la suite de la démission du secrétaire exécutif national, Ronsard Malonda assure l’intérim pour ensuite prendre part au concours organisé par la CENI pour ce poste. Obtenant la meilleure cote, il est retenu secrétaire exécutif national. Poste qu'il occupe à ces jours.
 
Expert électoral et analyste juridique de l’Organisation internationale de la Francophonie, il est déployé au Burkina-Faso en 2015 et au Niger en 2015 - 2016. À ce titre d'expert de l'OIF, il est chargé de la coordination de l’appui technique à la CENI-Guinée, du 01 octobre 2019 au 05 mars 2020.
 
Il a par conséquent pris part, durant ses 15 ans à la CEI-CENI, aux trois 3 cycles électoraux qu'a connu la RDC, participé à l’élaboration des cadres juridiques des élections en RDC dont 3 projets de loi électorale (2011, 2015 et 2017), 2 projets des lois organiques de la CENI (2010 et 2013), et 3 projets des lois sur la répartition des sièges par circonscriptions électorales (2011, 2015 et 2018), 1 projet de loi sur l’identification et enrôlement des électeurs en 2016. Mais aussi la planification des tous les processus électoraux du pays depuis 2010 et l’élaboration de tous les calendriers électoraux. Il s’est personnellement impliqué dans la gestion des contentieux électoraux 2006-2007, 2011, 2015 et 2018, et dans la coordination des travaux de confection et d’édition de l’atlas électoral de la RD Congo.
 
« Le candidat Ronsard MaIonda Ngimbi qui a obtenu six voix sur huit (au vote à mains levées, ndlr) est resté seul en lice. Tirant les conséquences de ce fait, les six chefs de confessions religieuses l'ont désigné comme leur délégué commun à la CENI », assurait la mise au point de six chefs religieux le 12 juin dernier.
 
TAD

E-mail