Le PPRD se dit prêt à aller « à la cohabitation » et condamne fermement les violences enregistrées à Kinshasa et à Lubumbashi

 Le PPRD se dit prêt à aller « à la cohabitation » et condamne fermement les violences enregistrées à Kinshasa et à Lubumbashi
C'est dans une déclaration politique publiée dans la soirée de mercredi 24 juin que le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) a condamné avec « la plus grande fermeté » les incidents survenus en marge de trois propositions de lois sur la réforme du système judiciaire proposées par les députés Aubin Minaku et Garry Sakata, et les attaques ciblées contre les biens et résidences de ses cadres. La formation politique de Joseph Kabila invite les autorités judiciaires à ouvrir les enquêtes en vue des poursuites contre « les auteurs intellectuels de ces actes et les casseurs se réclamant d'un parti politique. »
 
Le secrétaire permanent de ce parti Emmanuel Ramazani Shadary, entouré de son comité exécutif national, invite « les uns et les autres au respect de la constitution en ce qui concerne le travail parlementaire. Il estime que si la coalition n'est pas jugée utile par les partenaires du Cap pour le changement (CACH), qu'ils le disent ouvertement et que l'on applique la cohabitation dans le respect de la constitution. »
 
Pour détailler, « le PPRD tient à rappeler que la RDC est un État de droit qui protège les libertés et droits fondamentaux à chaque citoyen notamment la liberté de pensée, la liberté d'opinion, la liberté d'expression, le droit à la sécurité et à la vie, où allons-nous avec cette fameuse majorité populaire constituée d'une milice ?
 
Le PPRD rappelle également que conformément à la constitution, l'initiative parlementaire appartient concurremment au gouvernement et aux parlementaires et qu'à ce titre, rien ne permet à un parti politique ni à un individu quelconque de s'opposer par des méthodes de rébellion, de chantage et de manipulation politicienne à l'exercice de ce droit constitutionnellement reconnu et garanti. »
 
Pour enfin conclure, « le PPRD réaffirme sa détermination à soutenir sa réforme allant dans le sens de consolider l'autorité de l'État et de promouvoir la justice juste. Le PPRD exige le respect du travail des parlementaires, ainsi que toutes les procédures de vote démocratique des lois. Concernant la coalition au pouvoir, le PPRD réaffirme son engagement à œuvrer pour la paix, l'unité, la concorde nationale et le développement de la RDC.
 
Mais si le partenaire en coalition ne veut plus de celle-ci, en ce qui nous concerne et pour la paix, nous allons tirer les conséquences constitutionnelles qui s'imposent, c'est-à-dire, aller tout droit et sans hésitation à la cohabitation. »
 
Tony-Antoine Dibendila
 

E-mail