RD Congo : Malaise dans la coalition, actes de vandalisme condamnés

RD Congo : Malaise dans la coalition, actes de vandalisme condamnés
Plusieurs résidences de hauts cadres du FCC et leurs biens ont été la cible des actes de vandalisme les 23 et 24 juin 2020 à Kinshasa. Depuis le débat général sur trois propositions des  lois sur la réforme de la magistrature, la tension est montée d'un cran entre les deux alliés de la coalition : Le FCC et le CACH. 
 
Pour cause, les uns et les autres se suspectent mutuellement sur les enjeux réels de cette réforme.
Mais les divergences sur un tel débat dans un contexte démocratique devraient trouver une solution dans le cadre du Parlement. Surtout que ces lois devraient passer par le Sénat et la Cour constitutionnelle, indique un analyste politique.
 
Curieusement, le CACH a appelé à la rue et la situation s'est empirée depuis le mardi 23 juin 2020 avec les attaques perpétrées contre la résidence de l'un des initiateurs de ces propositions des lois. En l'occurrence Aubin Minaku. 
 
Ce mercredi dans la matinée, les militants de l'UDPS ont attaqué selon des témoins la résidence de Jean Marie kasamba, Directeur Général de télé 50,  avant d'incendier la salle de fête de André Kimbuta, un cadre du FCC. Auparavant, ils ont tenté sans succès d'attaquer les deux immeubles de Ramazani shadary, le Secrétaire Permanent du PPRD dans la commune de lingwala.
 
Plusieurs voix se sont levées pour condamner ces actes et appellées à la paix dans un contexte de l'État d'urgence décrété par le chef de l'État et la pandémie du coronavirus qui décime les kinoises et kinois en particulier, ainsi que les congolais en général. Aucune condamnation officielle jusqu'à cet instant, regrette un acteur ecclésiastique.
 
Plusieurs observateurs estiment que les acquis de la démocratie devraient être préservés.
 
La rédaction
 
 
L'actualité continue sur notre chaîne YouTube Louis d'or TV

E-mail