Le FCC annonce de grandes décisions ce mercredi en rapport aux derniers incidents à l'Assemblée nationale

Le FCC annonce de grandes décisions ce mercredi en rapport aux derniers incidents à l'Assemblée nationale

Mardi le 23 juin l'Assemblée nationale et la résidence d'Aubin Minaku, ancien président de la chambre basse, cadre du Front commun pour le Congo (FCC) et un de deux députés auteurs de trois propositions de loi sur la réforme du secteur judiciaire, ont été vandalisées par les manifestants en majorité membres de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti présidentiel. Ces derniers disent s'opposer auxdites propositions de loi, en suivant le communiqué officiel de leur parti. Quand bien même les trois propositions se trouvent à la commission Politique-Administrative et juridique de l'Assemblée nationale, en attente des amendements.

Dans une apparition médiatique dans la soirée du même mardi, après la reunion du Front commun pour le Congo, son coordonnateur Néhémie Mwilanya a annoncé la publication d'une déclaration politique en rapport avec « la gravité de ces incidents au Parlement et à la résidence d'Aubin minaku. »
 
« Nous étions en conférence des présidents de regroupements et de partis politiques membres du Front commun pour le Congo (FCC), une rencontre que nous tenons régulièrement au moins une fois par semaine. Nous avons échangé sur les questions politiques, économiques, socioculturelles, et l'actualité s'est également invitée dans nos échanges, compte tenu de décisions que nous avons prises, l'opinion sera fixée mercredi. Elle sera fixée à propos de tous ces incidents qui ont eu lieu », a assuré le professeur Mwilanya.
 
Ces derniers jours, les militants de l'UDPS s'en prennent au Palais du peuple siège du Parlement, à chaque malentendu. Le FCC, qui y est majoritaire, a toujours considéré cela comme de la provocation et en réserve une réponse qui sera communiquée dans très peu.
 
Tony-Antoine Dibendila
 

E-mail