RDC: LES 100 JOURS ET L'ANARCHIE A LA COUR CONSTITUTIONNELLE.

LA COUR CONSTITUTIONNELLE EN RDC

Depuis vendredi en début d'après midi, le peuple congolais et le monde entier a assisté à un scandale judiciaire avec une guerre des communiqués entre le greffier du TGI/ Gombe et celui de la cour constitutionnelle.

Ce dernier demandait toutes affaires cessantes le dossier de 100 jours déjà pris en délibéré et dont le prononcé est attendu ce jour. Réponse du Berger à la bergère. Le Tribunal de grande instance de la Gombe a opposé une fin de non recevoir.

Et plus tard dans la nuit, c'est le Président de la haute cour ad intérim, Funga Molima qui mettra en cause le greffier de son institution en demandant au Président intérimaire du TGI/Gombe de reconsidérer les inepties du greffier de la haute cour. Voilà la confusion qui règne dans l'appareil judiciaire congolais et qui s'ajoute à beaucoup d'autres scandales d'il y a quelques jours dans l'appareil judiciaire congolis. Aux dires des observateurs, la demande de transmission du dossier 100 jours toutes affaires cessantes par la cour constitutionnelle sentirait l'odeur d'une tentative avortée de manipulation de la justice et même de corruption . Comment des personnalités de ce niveau au niveau de l'appareil judiciaire peuvent donner l'impression de confondre les choses jusqu'à un tel niveau ? Le griffer de la cour constitutionnelle a-t-il vraiment agi de son propre chef pour un dossier aussi sensible ? Beaucoup n'y croient pas pour une cour constitutionnelle sur laquelle pèsent tous les péchés d'Israël depuis les derniers contentieux électoraux et le retour sur ses propres arrêts en Mai et juin 2019 pour certains Députés nationaux aujourd'hui sans sièges pourtant proclamés en premier et dernier ressort par cette haute cour.

L'avenir paraît sombre avec les incidents qui se suivent dans l'écologie judiciaire et Politique de la RDC.

La Rédaction


E-mail