SENAT: MATATA PONYO SE TROMPE DE CIBLE ET JOUE AVEC LE FEU FACE AU PRÉSIDENT M. BAHATI (TRIBUNE DE J.M MORISHO).

SENAT: MATATA PONYO SE TROMPE DE CIBLE ET JOUE AVEC LE FEU FACE AU PRÉSIDENT M. BAHATI (TRIBUNE DE J.M MORISHO).
Que de la confusion. Confusion sur confusion dans la tête du sénateur Matata Ponyo qui a  du mal à cibler son bourreau qu'est la justice congolaise et cherche un bouc émissaire dans la personne du Président du sénat.
 
 Il accuse sans preuves et à tort le speaker de la chambre haute de complicité avec la justice pour son éventuelle arrestation. Après les allégations fausses et mensongères débitées par le sénateur Matata  jeudi à la plénière du sénat qu'il a confondue  avec un podium de meeting politique,  le Véritable Professeur d'économie, Modeste Bahati Lukwebo a démonté pièces après pièces  et à coup d'arguments inattaquables les imputations dommageables du sénateur Matata Ponyo. Pour le Président du sénat, très à l'aise au perchoir et refusant par sagesse de descendre trop bas pour répondre à ce qui est considéré comme imputations dommageables et plus grave encore comme outrage au Parlement ( bureau du sénat)dans le chef du sénateur Matata Ponyo, ce  trompe l'opinion nationale et internationale en accusant le sénat de complicité avec la justice. Car, a dit Modeste Bahati Lukwebo, le sénat respectueux de la constitution avait lavé le sénateur Matata dans le dossier Bukanga Lonzo. Tandis que pour la deuxième affaire des biens dits  zairianisés par le sénateur aux jérémiades à hauteur de 110 millions de dollars et 27 millions d'euros retenus à sa charge par la justice, il appartient au sénateur Matata d'apporter au bureau du sénat pour archivage la preuve du non lieu décrété par la cour de cassation et le document de sa déclaration d'incompétence à poursuivre le concerné. Ce qui lui rendrait d'office ses immunités. C'est une démarche si simple en droit administratif selon le speaker de la chambre haute qui estime que même les non juristes peuvent comprendre cette logique. 
 
Comme on peut le constater, le sénateur Matata Ponyo qui se rend encore une fois de plus coupable d'outrage au parlement en ternissant l'image du bureau de la chambre des sages congolais devrait simplement se rendre à la cour de cassation où il lui a été signifié verbalement un non lieu sans aucun témoin du bureau du sénat pour apporter cette  preuve d'une portée historique qui restera dans les annales du sénat.
 
 Car, étant donné la sensibilité d'un tel dossier, le bureau du sénat doit être couvert devant la nation et devant l'histoire.  Fort de ce qui précède, l'opinion tant nationale qu'internationale devra retenir que le Président du sénat ainsi que son bureau n'ont rien contre Matata Ponyo qui doit défendre son innocence devant la justice et non devant le sénat au nom du principe de séparation de pouvoir. Trop c'est trop, indique l'entourage du Président du sénat qui promet de répondre au coup sur coup à toute provocation  d'où qu'elle vienne et à toute atteinte à la dignité de celui dont le prénom" Modeste" traduit sa grandeur d'âme et la hauteur de sa pensée.  Désormais, les adversaires de Président du sénat devrait savoir qu'ils trouveront ses partisans sur leur chemin à travers le pays. Telle est la vérité sur ce dossier de Matata Ponyo à la recherche à taton des boucs émissaires. D'abord, c'était le Procureur Général près la cour constitutionnelle, ensuite, c'était le Président de la République, aujourd'hui il pointe honteusement du doit le speaker de la chambre haute pourtant intègre et immaculé.
 
Jean Marie MORISHO, Professeur de la pragmatique universelle.

E-mail
Image
Image

Bi-hebdomadaire d'informations et d'analyses politiques(Groupe de Presse LD MULTIMEDIA). Editeur Responsable Louis d'or BELEKELAYI

Recevez notre lettre d'Information

Restez informés de notre actualité

Utilisateurs