CAISSE NATIONALE DE PÉRÉQUATION : COUP DE FORCE MANQUE CONTRE DÉDÉ MULOSA.

CAISSE NATIONALE DE PÉRÉQUATION : COUP DE FORCE MANQUE CONTRE DÉDÉ MULOSA.
 
L’article apparu dans les réseaux est une illustration d’une guerre ouverte engagée par la Pca,l’ancien Dg,le Daf et l’ensemble de membres du conseil d’administration,tous du FCC,pour que Dede Mulossa leur laisse le poste. Un  poste qui avait du reste déjà fait l’objet de lutte interne au sein du FCC pour le contrôle de la caisse nationale de péréquation à des fins personnelles.
 
Dede Mulossa n’appartient à aucun parti politique. Il a été nommé Dga en qualité d’expert indépendant.
 
Cet article donc est l’œuvre des personnes incompétentes qui ne connaissent rien de la caisse nationale de péréquation.
 
Dede Mulossa est le seul de tous les mandataires nommés à la tête de la caisse nationale de péréquation qui dispose d’une grosse expertise et d’un background plus que suffisant pour conduire cette institution.
 
La preuve est qu’il a été le seul à concevoir,à préparer et à élaborer les documents de base ci-après :
1-le logo de la caisse,
2-l’organigramme de la caisse,
3-la note explicative de l’organigramme,
4-le règlement d’administration de la caisse,
5-les manuels de règles et des procédures administratives,budgétaires et comptables,
6-les règles et usances en matière de passation des marchés à financer par la caisse,
7-le programme annuel d’action de la caisse de 2021 et 2022
8-la situation administrative et financière de la caisse de 2019 à avril 2021,
9-le plan comptable des opérations de la caisse,
10-le budget des frais de 1er établissement de la caisse,
11-la note de présentation de la mission,des attributions et des objectifs de la caisse,
12-les seules prévisions budgétaires de la caisse qui continuent d’être dupliquées chaque année depuis 2020 et pour 2022,
13-etc….
 
* Que les détracteurs de Dédé Mulossa apportent les preuves du contraire du travail que ce dernier continue d’abattre à la caisse.
 
Sans lui,la caisse n’aurait jamais pris la forme qu’on lui connaît aujourd’hui.
 
Sans lui,la banque mondiale,le programme de développement urbain ( PDU ),les ministères sectoriels,la banque centrale du Congo,les provinces et les ETD ainsi que les nombreuses autorités de notre pays n’auraient jamais compris de ses autres mandataires à la caisse nationale de péréquation l’importance stratégique de cette institution.
 
Il a été le seul à mieux défendre la mission,les objectifs et les attributions de la caisse face à la mission d’assistance technique de la banque mondiale assurée par l’entreprise tunisienne IDEA-Consulting dont les responsables peuvent témoigner du degré très élevé de son expertise et de ses compétences avérées.
 
Il fait donc l’objet d’une jalousie extrême des autres mandataires à la tête de la caisse,mais qui sont sans profil consistant pour diriger cette grande institution financière.
 
Dede Mulossa est un banquier qui a fait sa carrière à la BNP-PARIBAS ( 20 ans de carrière ) où il a été cadre supérieur et directeur des crédits et des opérations. Il a ensuite été un des meilleurs conseillers au ministère du budget,meilleur conseiller principal du premier ministre et assistant économique et financier au cabinet du président de la république.
 
Personne des mandataires de la caisse ne peut lui arriver à la cheville du point de vue de l’expertise et des compétences.
 
C’est dire que le vrai problème de ses détracteurs qui se sont suffisamment exposés dans l’article paru dans les réseaux sociaux réside dans le positionnement des mandataires incompétents et sans profil pour les postes qu’ils occupent injustement.
Les personnes qui composent le cabinet de Dede Mulossa font partie,comme du reste dans toutes les entreprises publiques,du personnel politique et d’appoint. Ce personnel ne fait donc pas partie du personnel de carrière de la caisse nationale de péréquation ( cfr règlement d’administration de la caisse).
 
Dede Mulossa ne dispose dans son cabinet d’aucun de ses enfants. *Qu’on lui apporte la preuve du contraire *. 
 
Ceux qui proclament que le personnel du cabinet de son prédécesseur faisait partie du personnel de carrière de la caisse veulent faire croire que les policiers,le chauffeur,le secrétaire particulier,le chargé de mission,l’assistant,le chargé du protocole qui composent les cabinets des mandataires publics dont celui de Dédé Mulossa et de son prédécesseur font carrière dans les entreprises publiques.
 
Une méconnaissance des lois et des règlements du pays propres aux incompétents que l’on a bombardés à la tête de la Caisse nationale de péréquation.
 
En ce qui concerne les attributions du Daf,elles sont d’abord détenues par le gestionnaire des crédits qui est le ministre de tutelle ou le Dg de l’établissement public secondé par le sous gestionnaire des crédits,le contrôleur budgétaire et le comptable public.
 
Le rôle du Daf est secondaire lorsque le budget de fonctionnement d’un établissement public émarge au budget de l’état. Tel est le cas de caisse. En ajoutant à cela que les rémunérations du personnel de la caisse est assurée par la direction de paie du ministère du budget,on peut aisément comprendre le rôle du Dg dans le suivi de cette paie,surtout lorsque le Daf fait preuve d’une incompétence notoire ainsi que d’un manque de probité morale et d’insubordination caractérisée….
 
Le vrai problème à la Caisse nationale de péréquation est donc celui de l’incompétence avérée des autres dirigeants de cette dernière….
 
À suivre avec abondamment des preuves écrites…..

E-mail