RD Congo : Pascal Nyembo, DG sortant suspendu du CEEC dans le portillon de l'IGF [Tribune]

RD Congo : Pascal Nyembo, DG sortant suspendu du CEEC dans le portillon de l'IGF [Tribune]

Suspendu pour une durée de trois mois, le directeur général sortant du Centre d'expertise, d'évaluation et de certification des substances minérales précieuses et semi-précieuses, CEEC en sigle, a, à travers son porte-parole, propagées des informations éhontées pour saper l'image des autorités de la République.

Mr Pascal Nyembo a signifié dans les ondes de Top Congo Fm, qu'il fallait désigner son adjoint pour assurer son intérim.

Au regard de ce positionnement, quel intérêt a-t-il de soulever cette préoccupation parce qu'il est déjà parti du CEEC ?

Question à mille dollars

C'est peut-être son adjoint qui avait intérêt à se plaindre pour dire qu'on a nommé quelqu'un d'autre à sa place pourtant l'adjoint est calme et accepte cette situation.

Pourquoi Nyembo se plaint-il ? Donc, c'est peut-être l'arbre qui cache la forêt.

Cependant, l'ordonnance nommant le DG du CEEC ne mentionne nulle part que c'est son adjoint qui va assumer son intérim, si et seulement, ce dernier n'est pas cité dans un dossier de détournement, c'est l'ignorance du droit de la part de Mr Nyembo.

En effet, même le statut et décret portant la création du CEEC à son article 16 stipule qu'en cas d'empêchement ou d'absence du directeur général, l'intérim est assuré par le directeur général adjoint. Toutefois, la disposition ne se limite pas à ça.

Le décret stipule qu' à défaut que l'intérim soit assuré par le directeur général adjoint, il peut aussi être assuré par un directeur nommé par l'Autorité de tutelle. C'est ça le mal de lire les dispositions légales de manière partielle, de la part du suspendu Nyembo.

C'est cette deuxième partie de la disposition que Nyembo a caché à l'opinion publique.

Concernant sa suspension, Mr Nyembo qualifie les autorités de la République d'être des prédateurs, il oublie de dire aux gens que l'IGF a organisé une mission de contrôle de gestion au CEEC, et qu'à l'issue de cette mission, l'IGF a relevé d'une part les fautes de gestion et d'autre part des faits infractionnels, de détournement de deniers publics et des faux en écritures.

Entre temps, l'homme qui a géré le CEEC comme sa chambre à coucher est poursuivi par l'Inspection générale des finances.

Selon certain témoignage l'équipe a constaté des vols des milliers des dollars voler par Nyembo et le parquet général a été saisi.

En tout état de chose, Nyembo a écrit au parquet général qu'il est malade, en présentant des faux rapports médicaux trafiqués pour distraire le parquet général, selon le même témoin.

Le suspendu directeur général a écrit au président de la Cour constitutionnelle pour dire qu'il fait l'objet des acharnements de la part de beaucoup de gens.

En bon père de famille, le président est resté silencieux parce que nous sommes dans un état de droit, on doit laisser la justice faire son travail.

Ce qui porte à croire que, Nyembo a commis plusieurs bévues, entre autres, des activités illicites dans l'exploitation minière.


E-mail