AFFAIRE KALEV MUTOND CONTRE MUYAMBO ET CIE: QUAND 5 PLAIGNANTS DISPARAISSENT, LA VÉRITÉ APPROCHE!

 AFFAIRE KALEV MUTOND CONTRE MUYAMBO ET CIE: QUAND 5 PLAIGNANTS DISPARAISSENT,  LA VÉRITÉ APPROCHE!

Le mercredi 23 juin 2021, alors qu’on s’y attendait le moins, les accusateurs de M. Kalev, sept au total, ont majoritairement joué aux abonnés absents. Seuls, deux sur sept ont comparu.

D’où, les Avocats de l’Ancien Administrateur de l’ANR, aujourd’hui porté disparu, émettent des doutes sérieux sur la crédibilité et, même, l’authenticité de ces plaintes portées à la charge de leur client. Voilà pourquoi, en raison de ces absences devenues systématiques des présumés plaignants dont la plupart sont invisibles, les Avocats de M. Kalev Mutond, dans un communiqué officiel, demandent au Procureur Général près la Cour d'Appel de Kinshasa/Gombe d'ordonner le classement sans suite du dossier de leur client et, par voie de conséquence, d'ordonner l'annulation du Mandat d'Amener et de l'Avis de Recherche lancés contre lui afin de le mettre dans les conditions devant lui permettre de comparaître en homme libre à ce procès et d'organiser la défense de ses droits, conformément aux dispositions pertinentes de la Constitution et aux lois de procédure en vigueur en RD. Congo.

Communiqué de presse.

Le Collectif des Avocats-Conseils de Monsieur KALEV MUTOND, Administrateur
Général honoraire de l’ANR, informe l’opinion de ce qui suit :

Il a été constaté un déferlement et une avalanche de plaintes contre notre Client,
AU MÊME MOMENT, en janvier-février 2021 ;

Curieusement, aucun des douze (12) Plaignants répertoriés n’a porté plainte ni contre l’ANR, Service de l’Etat dont notre Client était Administrateur Général, ni contre aucun autre des Services d’Ordre, de Défense et de Sécurité de la RDC, pourtant, cités par les Plaignants eux-mêmes, dans leurs propres plaintes, comme les ayant arrêtés en 2008, en 2009, en 2012, en 2014 et en 2015 ;


Les Plaignants, bien identifiés, tenaient coûte que coûte à diaboliser notre Client, en lui collant des griefs haineux, imaginaires et inventés de toutes pièces, renvoyant à l’exercice de ses fonctions, lorsqu’il était à la tête de la Sûreté nationale de l’Etat congolais de 2011 à 2019, en le présentant, injustement et sans aucune preuve comme ayant été un Tortionnaire et un Assassin, dans l’exercice de ses fonctions ;

Ne se reprochant de rien en âme et conscience, et souhaitant que les allégations mises à sa charge, individuellement, et non à charge de l’Etat, outrancièrement médiatisées à grands renforts des réseaux sociaux, ne trouvent refuge dans l’instruction secrète du Parquet ;


Tenant à prouver sa disponibilité permanente à coopérer étroitement avec la Justice de son Pays, dans le respect de la Constitution et des Lois de la
République ;

Soucieux de laver son honneur et sa dignité d’ancien Haut Fonctionnaire de l’Etat et de Père de famille, et même l’honneur de l’ANR [Service de l’Etat dont il a été numéro un (1)] ainsi que l’honneur de tous les autres Services d’Ordre, de Défense et de Sécurité de la RDC, sur lesquels l’opprobre est jeté gratuitement ;

Notre Client, Monsieur KALEV MUTOND, a décidé d’attraire, à son tour, ces plaignants en Justice, pour Imputations dommageables, Dénonciation
calomnieuse et Association des malfaiteurs, par Citation Directe, d’abord au Tribunal de Paix de Kinshasa/Gombe, le 8 mars 2021, ensuite au Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe, le 24 avril 2021, permettant par ces mêmes occasions aux Accusateurs de produire dans un Procès public les preuves de leurs allégations ;

Contre toute attente, le Collectif de Monsieur KALEV MUTOND constate une sorte de rétropédalage, voire de fuite, dans le chef des Plaignants, dont certains ont passé le clair de leur temps, en janvier-février 2021, à ameuter l’opinion tant nationale qu’internationale avec des accusations qu’ils sont incapables de soutenir aujourd’hui devant la Justice ;


En effet, Le 14 juin 2021, devant le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe, alors qu’ils avaient régulièrement été signifiés respectivement, le 24 avril 2021, à Kinshasa, pour le prévenu Jean-Claude MUYAMBO KYASSA, et le 20 mai 2021, à Lubumbashi, pour les prévenus Cyrille DOEE MUMPAPA LANGUM et Joseph MULUMBA KAPEPULA, aucun de ces accusateurs ne s’est personnellement présenté au Tribunal le 14 juin 2021 pour soutenir ses accusations ;

Le 23 juin 2021, devant le Tribunal de Paix de Kinshasa/Gombe, alors que la signification avait été régulièrement faite pour tous les sept (7) prévenus, respectivement le 11 et 18 mars 2021, y compris par la voie du Journal Officiel, seuls deux (2) prévenus, Jean-Claude MUYAMBO KYASSA et Christopher NGOYI MUTAMBA ont comparu, en prenant soin, d’entrée de jeu, d’éviter d’aller directement à l’instruction au fond de la Cause !

Les cinq (5) autres (Joseph MULUMBA KAPEPULA, Cyrille DOEE MUMPAPA LANGUM, Vano KALEMBE KIBOKO, Francis KALOMBO

NTAMBWA et Fortunat TSHIBANGU KASONGO) ont préféré sécher l’Audience sans aucune raison plausible.

Face à cette situation inexplicable et ubuesque, et au regard des absences injustifiées et répétées aux Audiences des Tribunaux des personnes supposées être victimes et plaignants, il est permis à tout Observateur averti de s’interroger à la fois sur la crédibilité des accusations fortement médiatisées ainsi que sur la réalité et même l’authenticité de toutes les plaintes annoncées ;


C’est pourquoi, le Collectif des Avocats-Conseils de Monsieur KALEV MUTONDprend, d’abord, l’opinion tant nationale qu’internationale à témoin, du caractère purement fantaisiste, diffamatoire, téméraire et vexatoire desF FAUSSES Accusations dont notre Client est victime, et demande ensuite au ProcureurGénéral près la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe, d’ordonner le Classement Sans Suite du Dossier des poursuites initiées contre notre Client, et, par voie de conséquence, d’ordonner l’annulation du Mandat d’Amener et l’Avis de Recherche lancés contre lui le 10 et le 11 mars 2021, pour lui permettre de comparaître en Homme Libre audit procès et d’organiser la défense de ses droits, sans encombre, tels que garantis par les dispositions pertinentes de la Constitution.

Pour le Collectif d’Avocats-Conseils:

Le BâtonnierCyprien MBERE MOBA   LeBâtonnierJean MBUYU LUYONGOLA

E-mail