Kalev Mutondo récuse le magistrat Robert Kumbu, pour « manœuvres de règlement des comptes »

Kalev Mutondo récuse le magistrat Robert Kumbu, pour « manœuvres de règlement des comptes »

Dans une correspondance adressée au procureur général près la Cour d'appel de Kinshasa/Gombe le 06 mars dernier, parvenue à votre rédaction, l'ancien administrateur de l'Agence nationale des renseignements Kalev Mutondo souhaite voir le magistrat Robert Kumbu Phanzu être déchargé de l'instruction des dossiers qui lui concernent. Et il avance des raisons, et pas les moindres.

« J'ai l'honneur de vous adresser la présente requête en vue de voir le magistrat Robert Kumbu Phanzu être déchargé des dossiers me concernant », dit l'ancien administrateur de la toute puissante Agence nationale des renseignements.

Pour motiver sa requête, Monsieur Mutondo se base donc sur l'article 59 de la loi organique n°13/011-B du 11 avril 2013 portant organisation, fonctionnement et compétences des juridictions de l'ordre judiciaire. Qui stipule que l'inculpé qui estime que l'officier du Ministère public appelé à instruire son affaire se trouve dans l'une des hypothèses prévues à l'article 50 de la loi en question, « adresse au chef hiérarchique, une requête motivée tendant à voir ce magistrat être déchargé de l'instruction de la cause. Il est répondu à cette requête par une ordonnance motivée, non succeptible de recours, que doit être rendu dans les délais de quarante huit heures, le magistrat mis en cause entendu. »

Kalev Mutondo demande le déport de ce magistrat pour deux faits. D'abord, le magistrat instructeur Robert Kumbu Phanzu, dans l'exercice de ses fonctions pendant plusieurs années, de conseiller politique du Directeur général de la DGM, en sa double qualité de conseiller politique et agent de l'Administration, avait été affecté en son temps, par la DGM, en tant que membre de la commission des OPJ des Services d'Ordre, de Sécurité et de Défense de la RDC qui siégeait à l'ANR, et a eu à « examiner certains dossiers dont il est curieusement magistrat instructeur aujourd'hui. »

Ensuite, « malgré l'avis négatif de l'administrateur général de l'ANR, contenu dans sa lettre n°054 du 23 février 2021 et enregistrée au n°2352 du 25 février 2021 de votre office, le même magistrat instructeur tient coûte que coûte à engager des poursuites contre ma personne », explique la correspondance, qui conclut, cela « démontre à suffisance l'acharnement, l'inimitié ou, à tout le moins, une manœuvre de règlement des comptes personnels. »

En effet, l'ancien administrateur de l'ANR est poursuivi pour « arrestations arbitraires, tortures physiques et morales, traitements inhumains et dégradants et tentatives d'assassinat ». La plainte émane des anciens détenus Jean-Claude Muyambo Kyassa qui est actuellement proche du pouvoir, et Cyrille Doee Mumpapa.

La rédaction


E-mail