RD Congo : ONU Femmes lance son programme « Champion du genre »

RD Congo : ONU Femmes lance son programme « Champion du genre »

L'entité des Nations unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes a débuté ce mardi, à Kinshasa, son programme « Champion du genre ». Il a pour objet, aider les formations politiques à améliorer la participation politique des femmes, en expliquant aux leaders politiques ce qu'est véritablement la notion du genre.

Pour la première journée de cet atelier qui se tient en trois jours, et dont le programme complet prendra deux années et plusieurs sessions, les représentants de partis politiques y ont pris part, ceux de l'opposition et du pouvoir. Au cours de cette séance qui s'est déroulée en visioconférence, Malena et Viktoria, deux expertes aux questions du genre, ont à tour de rôle tenu l'auditoire en haleine.

Les préoccupations telles que « pourquoi l'égalité des sexes est une question de leadership », « pourquoi est-il important que les femmes participent massivement aux prises des décisions politiques »... ont été largement explicitées. Aux côtés de quelques exercices pratiques que les participants ont pris plaisir de s'adonner.

Pour la députée nationale Marie-Ange Lukiana qui y a participé, « il ne s'agit pas là d'une question de la femme, il s'agit d'une question de société pour plus d'équilibre, pour plus d'harmonie dans la collaboration homme - femme en vue d'atteindre des solutions idoines pour les attentes de la population et du monde en général. La formation est très pratique et plus pragmatique et les formateurs sont vraiment des experts. »

Quand Michel Mwika, président du Parti national pour la nouvelle énergie du Congo (PNEC), a rebondi dans le même sens.

« Le champion du genre, ce programme de l'ONU Femmes en partenariat avec l'ambassade de Suède qui vise entre autres l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes, se marie à la vision fondatrice de notre parti, qui depuis sa création milite pour la valorisation de la femme. Je crois que ce programme est très important pour la promotion du genre parce qu'il permet d'outiller les leaders de partis politiques et les aider à mieux cerner cette question du genre. »

Et de conclure, « les droits des femmes ne concernent pas que les femmes mais toute la société. Nous sommes appelés à travailler ensemble pour promouvoir les droits des femmes, ce qui permettra d'améliorer notre société. Nous demandons donc aux femmes de s'investir sur ces questions qui les concernent. »

Les principales oratrices, Milena et Viktoria, ont rappelé la distinction qui existe entre le sexe et le genre. Le premier est biologique, basé sur les différences physiologiques entre les femmes et les hommes, et donc immuable. Tandis que le second est appris et il est en évolution constante. Il change d'une société à une autre et d'une époque à une autre.

Enfin, quelques chiffrent qui démontrent les inégalités ont été projetés : 97% des signataires d'accords de paix, 93% des leaders mondiaux et 80% des experts dans les médias, sont des hommes. Ce qui ne permet nullement la représentation parfaite de la société humaine dans les instances décisionnelles, et freine par conséquent les innovations.

Tony-Antoine Dibendila


E-mail