Présidence de l'Assemblée nationale : Jean Kimbunda assure avoir le soutien de 300 élus nationaux

Présidence de l'Assemblée nationale : Jean Kimbunda assure avoir le soutien de 300 élus nationaux

"Avant de déposer ma candidature, j'ai consulté près de 300 députés. Ils sont prêts à nous accompagner", annonce, invité du Magazine FACE-À-FACE sur TOP CONGO FM, Jean Kimbunda, candidat président de l'Assemblée nationale.

"Je vais rallier les députés de l'UDPS, de l'UNC… ils ne s'opposent pas à ce que nous puissions travailler pour redorer le blason terni de l'Assemblée nationale".

Ce député élu de Masimanimba dans la la province du Kwilu annonce avoir "l'appui des députés PPRD, même de ceux que vous avez crû être partis. Je vais avoir l'appui de l'Autorité morale (Joseph Kabila) autant je sollicite l'appui du président de la République dont j'accompagnerai la vision et l'élan. Je serai dans sa tête pour faire ce que nous devons faire pour l'intérêt du peuple Congolais... Je suis candidat indépendant. Je ne suis ni de l'Opposition ni de la Majorité par le fait que la Cour m'a donné la possibilité de le devenir mandat courant, contrairement à ce qui pourrait se passer il y a 2 ans".

Celui qui était également gouverneur de la ville de Kinshasa révèle que "le PPRD, c'est une maison dans laquelle je dors. C'est là où je me rends et en paix et accompagné. Mais je suis candidat indépendant. Il y a un besoin d'actualité".

Convaincu de son élection, "je doute (d'être sanctionné) par les députés. J'ai même peur qu'on remette en cause beaucoup de choses".

Pas membre de l'Union sacrée, Jean Kimbunda estime qu'"aucun homme d'État ne peut dire non à une vision comme celle du Chef de l'Etat (en créant l'Union sacrée). Et surtout qu'il a demandé aux députés de rester dans leurs partis. L'Union sacrée pour la nation n'est pas une plateforme politique pour y adhérer".

"L'accompagnement de la vision du Chef de l'Etat revient à tous les Congolais Le peuple est disposé à voir la vision du Chef de l'Etat se réaliser".

Contrairement à ses prédécesseurs, "je ne serais pas Jeanine Mabunda parce que les enjeux à l'heure actuelle ne sont pas les mêmes qu'à l'époque de son bureau. Je ne serai pas Simon Mboso parce que je doute que les députés sont en phase avec lui".

Mais, "je préfère être un président de l'Assemblée nationale digne qui rend compte au président de la République respectueusement, poliment et de bonnes manières".

Concrètement, "dans le contexte actuel, je pense que ni l'un ni l'autre ne pourra satisfaire aux attentes de nos députés".

Jean Kimbunda relève qu'"il est anormal qu'on soit président d'une Assemblée nationale et qu'on ne rende pas compte au président de la République bien après. Un président de l'Assemblée nationale est en relation permanente et même quotidienne avec le président de la République. Il doit y avoir une synergie dans l'action qui est menée".

Il promet d'ailleurs, "si je pense qu'il y a des enjeux importants, je dois voir le président de la République, en discuter avec lui et même lui montrer des objectifs à atteindre".

La rédaction


E-mail