RVA: DG a.i.: TRAFIC D'INFLUENCE AVEC LE NOM DE FATSHI. VIVEMENT SON ARRESTATION

RVA: DG a.i.: TRAFIC D'INFLUENCE AVEC LE NOM DE FATSHI. VIVEMENT SON ARRESTATION

Le nom du Président de la République, Félix Tshisekedi, serait-il devenu une formule magique pour justifier le non respect des textes et la violation des lois par certains mandataires publics congolais?

C’est la question qui mérite d’être posée au regard du bras de fer dans lequel s’est engagé le Directeur Général ad intérim de la Régie de Voies Aériennes (RVA SA), Pambu Pambu William contre le Ministre du Portefeuille, Professeur Clement Kuete.

Pour l’avoir rappelé à l’ordre suite aux mouvements du personnel qu’il a effectués, ce dernier a eu droit à une lettre au ton discourtois qui frise l’insoumission à la hiérarchie.

Mis au courant d’une série de mutations, suspensions et réhabilitations d’agents et cadres effectués par le DG ai de la RVA, le Ministre du Portefeuille l’a rappelé à l’ordre.

Dans une correspondance datée du 19 janvier 2021, il lui a fait savoir qu’il a été informé des différents actes qu’il pose dans le cadre du mouvement du personnel à travers le recrutement, la permutation et la mutation des cadres et agents en violation flagrante des différents textes régissant la RVA sans se référer ni au Conseil d’Administration, ni à son Autorité.
« Devant cette situation pouvant impacter encore négativement l’état actuel de votre Entreprise, et porter atteinte à la paix sociale, je vous demande de surseoir, dès réception de la présente et jusqu’à nouvel ordre, tout mouvement du personnel », a ordonné le Ministre du Portefeuille au DG ai de la RVA SA.

Prenant ses responsabilités en mains, le Ministre du Portefeuille a prévenu le Directeur Général ai de la RVA qu’en cas de refus d’obtempérer à son instruction, il se verrait obligé de prendre une mesure disciplinaire à son encontre. « Cette instruction est de stricte application, et qu’en cas de non respect, je prendrais des mesures pouvant aller jusqu’au retrait de l’intérim », a précisé le Prof Clément Kuete.

La rébellion au nom du Chef de l’État?

En réaction à la mise en garde du Ministre du Portefeuille, le Directeur Général ai de la RVA lui a adressé une correspondance fleuve au ton indigne d’un mandataire public.

En effet, dès le deuxième paragraphe, William Pambu Pambu a abandonné toute formule de politesse requise dans ce genre de correspondance, en commençant par demander à sa hiérarchie directe de fournir les preuves de ses affirmations.
« Y faisant suite, il ressort de votre précitée que vous venez d’être informé, sans indication de la source, que nous posions ces derniers jours des actes dans le cadre du mouvement du personnel à travers le recrutement, la permutation et mutation des cadres et agents en violation flagrante des différents textes régissant la RVA, sans nous référer ni au Conseil d’Administration, ni au Ministère du Portefeuille », lui a-t-il écrit.

Faisant preuve d’une arrogance indicible, le Directeur Général intérimaire de la RVA s’est permis d’écrire au Ministre du Portefeuille que sa lettre « n’est pas fondée sur des faits vérifiables», et qu’ il n’y a aucun recrutement du personnel dans le sens des recrutements dans le sens de nouveaux engagements.


« Les mouvements du personnel que nous enregistrons à la RVA sont naturels, inévitables et justifiés d’autant plus qu’il ne serait pas logique, voire irresponsable de notre part de ne pas combler les vides liés notamment aux départs en retraites, cas de décès ainsi qu’autres mutations initiées ou approuvées par notre prédécesseur », a-t-il avoué.
Le DG ai de la RVA William Pambu Pambu a cité les noms des agents et cadres qu’il reconnaît, sans gêne, avoir permutés.


« Monsieur le Président de la République, le Chef de l’État, Son Excellence Félix Antoine Tshisekedi ne nous a pas désigné mandataire public pour fermer les yeux face aux anti valeurs…C’est ici le lieu d’informer votre Excellence que certains cadres et agents se trouvent sous procédure disciplinaire pour des faits graves retenus à leur charge », a-t-il souligné.

Comme pour lui signifier qu’il ne peut rendre de compte qu’au Chef de l’État et que seul ce dernier peut décider de lui retire l’intérim, le DG ai de la RVA a fait savoir au ministre du Portefeuille qu’il ne compte pas un seul instant revenir sur les décisions qu’il a déjà prises.


« Ainsi, Excellence Monsieur le Ministre, nous ne sommes pas étonné par cette menace de retrait de l’intérim que nous exerçons à la RVA comme DG ai. Elle a déjà été brandie par plusieurs avant votre Autorité et, les grandes sphères de décision du pays en sont bien informées depuis. C’est le souhait de ceux qui combattent la vision du Chef de l’État en tenant mordicus à poursuivre avec le pillage systématique de la RVA et paupériser davantage ses travailleurs. Plaise au Très Haut, nous poursuivons, sans discontinuer, avec des actions qui contribueront au succès de ce premier mandat confié par la Patrie à Monsieur le Président de la République, Chef de l’État, Son Excellence Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo », a conclu le DG ai de la RVA SA. C’est dire que ce mandataire public, de surcroît cadre du parti présidentiel, estimerait qu’il n’a de compte à rendre qu’au Président de la République et pas au ministre dont il dépend administrativement.


E-mail