RD Congo : les députés FCC ne reviendront aux plénières qu'à une condition...

RD Congo : les députés FCC ne reviendront aux plénières qu'à une condition...

La plénière convoquée ce vendredi à l'Assemblée nationale a connu un couac inattendu. Alors que l'identification de la majorité à la chambre basse du Parlement congolais et la ratification de la zone du libre échange continentale (ZLECAF) étaient, comme annoncé la veille par le communiqué du rapporteur du Bureau d'âge, les deux points sur la table, les députés restés fidèles à l'ex-président Joseph Kabila réunis au sein du Front commun pour le Congo (FCC) ont claqué la porte de l'hémicycle. Ils dénotent plusieurs irrégularités légales, et demandent à ce Bureau provisoire de l'Assemblée nationale le respect des lois, qu'ils estiment être « violées » au mépris de la démocratie.

« Nous avons constaté que le Bureau d'âge est en train de faire une diversion. La matière importante qui est la mise sur pied du Bureau définitif n'est pas examinée jusque-là, on nous prend les matières qui ne relèvent pas de la compétence du Bureau d'âge, le Bureau d'âge n'a pas le pouvoir d'organiser le vote des lois, d'organiser le contrôle parlementaire alors que la matière spécifique qui nous reste aujourd'hui c'est le vote du Bureau définitif », explique Lucain Kasongo, député et cadre du PPRD, parti de l'ancien président Joseph Kabila.

De poursuivre, « nous nous demandons où sommes-nous ? Dans une jungle ou dans une démocratie ? Dans la démocratie, on respecte les règles du jeu et les règles du jeu sont le respect des textes. Nos textes qui nous régissent en premier sont la constitution et le règlement intérieur de l'Assemblée nationale. Nous nous sommes rendus compte que toutes ces lois sont en train d'être violées par le Bureau d'âge et les députés du FCC ont décidé désormais de ne pas participer aux travaux jusqu'à ce que les revendications du FCC soient pris en compte. » Déclaration faite devant la presse.

Entre temps, les élus nationaux membres de la dynamique Union sacrée pour la nation du président Tshisekedi, sont restés dans la salle des congrès où se déroule la plénière et poursuivent la séance de ce jour. « Sans la partie adverse le FCC, il n'y a plus de saveur », chuchote un élu membre de l'Union sacrée.

Tony-Antoine Dibendila


E-mail