Face à la désignation d'un informateur, la voix du parti de Joseph Kabila

Face à la désignation d'un informateur, la voix du parti de Joseph Kabila

La désignation jeudi de l'informateur par le président Tshisekedi est diversement commentée dans l'opinion congolaise. Cette fois-ci c'est Ferdinand Kambere, secrétaire permanent adjoint du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie - PPRD - de Joseph Kabila, qui se question sur cette mission d'information alors que le gouvernement est en place. Et que le premier ministre n'a pas démissionné.

« Nous avons tous appris qu'on a désigné un informateur alors qu'il y a un gouvernement en fonction. La meilleure façon de faire les choses, il fallait d'abord obtenir la démission du gouvernement en place et designer l'informateur en cas de besoin ! On ne sait pas comment cela va fonctionner, un gouvernement en place avec informateur ? C'est la question que nous nous posons », tente de comprendre ce haut cadre du PPRD, contacté par nos confrères d'Actualite.cd.

Qui poursuit, « tout ceci, c'est en violation des textes qui nous régissent. On ne peut pas chercher à avoir un informateur dans les conditions actuelles, or l'objectif d'un informateur, c'est d'identifier la majorité qui va conduire à la mise en place d'un gouvernement or il y a déjà un gouvernement qui est mis en place. »

Ce dimanche, sauf imprévu, le président congolais recevra les députés qui ont intégré sa nouvelle dynamique politique Union sacrée et ce en parallèle de la mission qu'il a confié au sénateur Bahati Lukwebo, l'informateur devant dégager une nouvelle majorité à l'Assemblée nationale.

Entre-temps, au Sud-Est du pays dans la ville de Lubumbashi, l'ancien président Joseph Kabila, dont les partisans continuent à revendiquer cette majorité parlementaire, y a établi son QG politique et paufine ses stratégies en guise de contre-offensive au regard de l'évolution politique.

Tony-Antoine Dibendila


E-mail