RDC : le député membre de l'Union sacrée Albert-Fabrice Puela « organise l'enlèvement » d'un journaliste

RDC : le député membre de l'Union sacrée Albert-Fabrice Puela « organise l'enlèvement » d'un journaliste

Il s'agit de Pius Romain Rolland Ngoie. A en croire le communiqué de l'Union nationale de la presse du Congo (UNPC) de ce mardi 22 décembre, le député national membre de l'Union sacrée Albert-Fabrice Puela a « organisé l'enlèvement » du journaliste devant le siège même de l'autorité de l'autorégulation des médias en RDC, alors que ce dernier avait pris langue avec le bureau exécutif de l'UNPC et a promis de se conformer, laissant la place au Tribunal des pairs de juger le journaliste sur l'affaire qui oppose les deux hommes.

« Alors que le député Albert-Fabrice Puela a longuement échangé avec les membres du bureau exécutif pour une solution à l'amiable ; alors que l'affaire a été appelée, instruite, plaidée et prise en délibéré pour le prononcé à la huitaine... », dit le communiqué.

Qui poursuit, « l'UNPC condamne avec la dernière énergie :
- le comportement rusé et malhonnête du député Albert-Fabrice Puela qui a organisé l'enlèvement du confrère Pius Romain Rolland Ngoie le 22 décembre 2020 au rez-de-chaussée du siège de l'UNPC alors qu'il était invité au Parquet général près la Cour d'appel de Kinshasa/Gombe le 23 décembre 2020;
- exige la libération sans condition du confrère Pius Romain Rolland Ngoie;
- promet d'entreprendre toutes les actions à l'égard du député Puela pour l'obliger au respect de la corporation des journalistes allant jusqu'à l'embargo total de sa personne. »

En effet, le député national Puela avait porté plainte contre le journaliste pour « imputation dommageable. » Lors d'un programme audiovisuel, Pius Romain Rolland Ngoie avait assuré que le député Puela avait voulu monnayé sa démarche portant démission de l'ex-bureau de l'Assemblée nationale.

Il avait prétendu, suivant ses sources dont la déontologie professionnelle interdit de livrer, que l'homme politique avait exigé 100000 dollars américains à l'ancienne présidente de la chambre basse du Parlement Jeanine Mabunda. Ce que le député Puela réfute. Bien qu'ayant assuré de laisser le Tribunal des pairs de l'UNPC la responsabilité de juger le journaliste, il a également saisi les instances judiciaires.

Dans une publication ce mercredi sur sa page Facebook, le député Puela rejette les accusations d'enlèvement en assurant avoir porté convenablement sa plainte fin novembre au Parquet. Et aussi, n'avoir jamais monnayé sa démarche contre le bureau Mabunda.

Tony-Antoine Dibendila


E-mail