« Nous devons nous prémunir contre les démons de la déstabilisation », le discours bilan du gouverneur du Kasaï Central Martin Kabuya

« Nous devons nous prémunir contre les démons de la déstabilisation », le discours bilan du gouverneur du Kasaï Central Martin Kabuya

« Le bien-être de mon peuple me préoccupe ! » c'est une des phrases du gouverneur de province du Kasaï Central Martin Kabuya, lors de son adresse à la presse mardi dernier, un discours bilan de son un an à la tête de cette province.

Un procédé pour lui de rendre compte de sa gestion de province. Il est revenu sur « ses réalisations » en quelques points et la réadaptation de son programme quinquennal évalué initialement à 2.264 milliards de dollars, pour cause de COVID-19 en élaborant « un programme d'action d'urgence » axé sur de priorités telles que la riposte et le maintien de la situation macro-économique de la province. Ici, les principaux points de son adresse.

« C’est pour moi un réel honneur de me tenir devant cette assistance afin de me livrer à ce noble devoir de redevabilité, pilier d’une gouvernance qui se veut participative et inclusive. Pour rappel, c’est depuis le 13 avril 2019 que, le Kasaï Central s’est doté d’un nouveau leadership volontariste, visionnaire, inclusif et rassembleur pour sa gouvernance. Cela a été rendu possible grâce au vote courageux, historique et responsable des dignes représentants du Kasaï Central, réunis au sein de notre Assemblée Provinciale mettant ainsi fin à la gestion par procuration de cette province meurtrie », dit d'entrée de jeu le gouverneur devant la presse.
 
Pour plus tard, detailler les réalisations de sa gouvernance dont les grandes lignes. La réouverture de certaines chaines de radios fermées par la DGRAD dans la ville de Kananga, l'inclusivité et l'élargissement du gouvernement provincial à toutes les forces politiques et sociales; les nominations dans certains secteurs (santé, DGRKAC...) pour raison d'équité; la consolidation de la paix et la sécurité; l'organisation des visites d'itinérance dans les communes et territoires; la participation à la bipartite avec les provinces du Kasaï et de Lunda Norte (Angola); l'installation dans la province des partenaires techniques et financiers au développement ; la réhabilitation du Pont Lubi et de la Prison centrale de Kananga; le rapatriement de plus de 14.000 retournés volontaires d'Angola; la récupération des postes de péage sur la route Kalamba-Mbuji; l'approvisionnement de la ville de Kananga en produits agricoles...
 
Et de passer un appel à la paix, « nous devons nous prémunir contre les démons de la déstabilisation récurrente des institutions provinciales. Nous devons à jamais bannir la haine, la violence sous toutes ses formes, la jalousie, les conflits et la médisance. Le Kasaï Central est notre patrimoine commun et nous avons la responsabilité et le devoir de le préserver, faute de quoi, nous aurons des comptes à rendre aux générations présentes et futures. »
 
Avant de conclure, « travaillons ensemble, main dans la main, pour transformer les immenses potentialités de notre chère province en richesses, nous permettant de juguler la faim, la pauvreté, la misère, les maladies, le désespoir, la malnutrition, la faible production ainsi que toutes ces têtes d’érosions qui nous assaillent. Le premier atout, c’est notre volonté de croire que cela est possible et de nous mettre au travail pour transformer nos rêves en réalités. »
 
TAD
 

E-mail