RDC : espérant faire pression à la justice sur le dossier Kamerhe, les marches de l'UNC étouffées à Bukavu et Goma

RDC : espérant faire pression à la justice sur le dossier Kamerhe, les marches de l'UNC étouffées à Bukavu et Goma

Les marches de militants de l’Union pour la nation Congolaise (UNC), prévues pour ce mardi 14 avril à Bukavu et Goma, les villes de la région du Kivu, pour exiger la libération de leur leader Vital Kamerhe en détention préventive à la Prison centrale de Makala à Kinshasa, ont été étouffées par les forces de l'ordre.

En effet, le directeur de cabinet du président Tshisekedi est entendu sur le dossier de détournement de fonds alloués au programme des 100 jours du président congolais.

À Bukavu, la dispersion est intervenue après les rassemblements, dans la matinée, à de différents carrefours, ronds-points et autres coins mouvementés de la ville. En réaction, ces militants ont brûlé des pneus,
barricadant les routes.

manif 2À Goma, les militants en colère ont barricadé les entrées des quartiers Katoyi, Kitindo et Ndosho. Une façon pour ces derniers de réclamer la libération de leur leader, en faisant pression à la justice.

Dans un communiqué rendu public le lundi dans la soirée, l'UNC/Sud-Kivu avait appelé la population de Bukavu à participer à une marche pacifique pour demander la libération de Vital Kamerhe. Laquelle marche avait comme point de chute, le gouvernorat de province où un mémorandum devrait être remis à l’autorité provinciale.

La rédaction


E-mail