Banditisme urbain à Goma : 2 prévenus condamnés à 20 ans de prison et 2 à la peine de mort

Banditisme urbain à Goma : 2 prévenus condamnés à 20 ans de prison et 2 à la peine de mort

Le Tribunal de Grande Instance de Goma a, dans la soirée de vendredi 6 mars, dernier jour des audiences publiques ouvertes mercredi dernier, rendu le verdict dans le dossier de Kidnappings d'enfants. Quatre personnes parmi les cinq qui étaient devant la barre ont été condamnées pendant que l'une d'elles a été acquittée.

Très attendu, le verdict est finalement tombé tard dans la soirée, faisant état de la condamnation de deux prévenus à la servitude pénale en perpétuité, la condamnation de deux autres prévenus en 20 ans de prison et un d'eux a été acquitté car reconnu non coupable dans cette affaire.

Cette Instance judiciaire de Goma condamne à la servitude pénale en perpétuité Otoko Ngoma Jeanne-Déborah et Mboyo Lema Dady qui, selon le ministère public, avaient l'objectif primordial d'attenter aux personnes et leurs biens, enlever et détenir arbitrairement les enfants d'autrui visant à rançonner leurs parents.

Les prévenus Mujimana Anastasie et Ingabire Zawadi Béatrice écopent de 20 ans de servitude pénale.

Jugé non coupable dans les trois infractions qui pesaient sur eux, le prévenu Shamalu Jean a été par ailleurs acquitté par le tribunal de Grande Instance de Goma.

Les quatre personnes condamnées sont également soumises au paiement chacune de 100 000 dollars américains, en franc congolais, en faveur de la première partie civile formée par Polycarpe Ndoranonwe et Charlotte Furaha, parents de la défunte Ariane Balume Kidnappée et retrouvée morte le 24 Décembre 2019, et le tribunal le soumet au paiement chacun de 20 000 dollars américains en franc congolais au profit de la partie civile Vincent Bachisie de la famille de Josué également kidnappé mais libéré après paiement d'une somme évalué à plus de 10 000 dollars américains.

Pendant que Shamalu Jean l'unique acquitté croit à la libération de son épouse du nom de Otoko Ngoma Jeanne, qui selon lui n'est que victime d'un montage, la partie civile se dit très satisfaite par cette justice rendue, qui selon elle honore l'appareil judiciaire congolais.

La rédaction


E-mail