Félix Tshisekedi ce lundi face à la nation congolaise

Félix Tshisekedi ce lundi face à la nation congolaise

C'est le grand discours, celui sur l'état de la nation prononcé chaque année devant les deux chambres du Parlement réunies en congrès, comme le prévoit l'article 77 de la constitution du pays. C'est une coutume, un discours à la fois bilan et prospectif : les grandes lignes des actions à venir sont également déroulées par le chef de l'État. Cette fois-ci, c'est ce lundi 13 décembre, comme toujours l'allocution sera retransmise par la télévision d'État - RTNC.

Plusieurs questions seront probablement soulevées, parmi lesquelles l'insécurité à l'Est et la lutte contre la corruption.

Sur la question sécuritaire, le président pourra s'attarder sur l'état de siège instauré dans les provinces du Nord-Kivu et d'Ituri depuis la fin du mois d'avril dernier. Depuis, cet état de siège est régulièrement prorogé pour notamment, rapporte un des comptes rendus du Conseil des ministres, permettre « à nos forces de défense et de sécurité de consolider les acquis des opérations antérieures et à parvenir au rétablissement de la paix. »

Bien que des critiques fusent contre cette mesure dont certains jugent inefficace, au regard du fait que les attaques de milices contre les populations civiles et les humanitaires se poursuivent dans les deux provinces désormais sous administrations militaires. Selon le Baromètre sécuritaire du Kivu, plus de 1000 civils ont déjà été massacrés depuis mai dernier.

Fin novembre, le président congolais a autorisé l'armée ougandaise UPDF d'opérer en RDC dans la traque des terroristes ADF, aux côtés des FARDC dans le Nord-Kivu et l'Ituri. Question de renforcer cette mesure que le gouvernement juge « positive ». 1700 éléments ougandais y opèrent déjà, non sans critiques.

Un autre sujet sensible

La lutte contre la corruption qui est remis en cause ce dernier temps. L'opinion congolaise était étonnée le 06 décembre dernier de constater la libération provisoire de l'ex-directeur de cabinet du président Tshisekedi, inculpé pour détournement.

Certains observateurs analysent cette remise en liberté comme un recul et un mépris sur la volonté de lutter véritablement contre la corruption, surtout qu'avant ce dernier quelques autres responsables politiques incarcérés pour des motifs similaires, ont été relaxés.

Sur ces deux axes, le discours sur l'état de la nation de Tshisekedi est donc attendu de pied ferme.

Tony-Antoine Dibendila


E-mail
Image
Image

Bi-hebdomadaire d'informations et d'analyses politiques(Groupe de Presse LD MULTIMEDIA). Editeur Responsable Louis d'or BELEKELAYI

Recevez notre lettre d'Information

Restez informés de notre actualité

Utilisateurs