Les hommages mérités rendus à M'zée Kabila en plein marché de la Liberté

Les hommages mérités rendus à M'zée Kabila en plein marché de la Liberté

C'est dans un déploiement médiatique exceptionnel que le marché de la Liberté a honoré la mémoire du M'zée Laurent-Désiré Kabila, défunt président congolais et héros national, en ce 16 janvier, date de sa disparition. Un direct de plus d'une heure de l'influent programme audiovisuel Le Débat Congolais sur Kin24 TV, qui a reçu le ministre de l'Enseignement supérieur et universitaire et producteur du magazine Je connais le Congo Thomas Luhaka, et le sénateur Tshikez Diemu, compagnon du défunt héros national.

Dans ce direct, au tour de l'estrade dediée au buste commémoratif de Laurent-Désiré Kabila en plein marché de la Liberté, le présentateur vedette Louis d'or Balekelayi a tenté faire sortir aux deux principaux invités l'essence de la commémoration de ce jour.

Le ministre Luhaka est revenu sur les 4 combats de Laurent-Désiré Kabila. D'abord sa première lutte alors âgé de 19 ans, pour l'unité nationale, le soucis de garder un et indivisible le territoire national congolais. Ensuite, la guerre de 1964 ou encore appelée Mulele Maï, qui l'a vu se battre contre le gouvernement de Kinshasa qu'il jugeait être à la solde de l'étranger, brisant le rêve du Congo d'avoir « une indépendance réelle en lieu et place d'une independance formelle. » Che Guevara va le rejoindre dans ce combat en 1965. En troisième lieu, sa lutte contre la dictature du Maréchal Mobutu et enfin celle en faveur du « petit peuple » souvent dupé par l'élite.

Quant à Tshikez Diemu, la chanson "Hymne des opprimés" reflète très bien le soucis du feu troisième président congolais à combattre l'oppression. Et à se mettre aux côtés des démunis. Revenant sur la dernière réunion tenue à Lubumbashi avant l'assaut final sur Kinshasa, le 17 mai 1968, au cours de laquelle M'zée interdisait l'extorsion des biens des citoyens, étant donné que le contexte était volatile, celui de la guerre.

Les deux invités ont enfin positivement apprécié la participation du président Tshisekedi au culte commémoratif de la mort de Kabila père, lui demandant de s'approprier le combat du héros national, qui se rapproche de celui de son père le feu célèbre homme politique Étienne Tshisekedi, qui tous deux plaçaient le peuple au centre de l'action politique.

L'autoprise en charge, le combat de la souveraineté qui se définit par la prise des décisions congolaises par les congolais et nullement par procuration, l'ecadrement de la population par les autorités pour qu'elle se prenne elle-même en charge... ont largement été détaillé. Aux côtés des bouquets de fleurs déposés et du livre d'or signé.

Cet événement médiatique de commémoration, initié par Madame Fatouma l'administratrice du marché de la Liberté, a connu entre autres la participation de plusieurs invités qui ont vécu en live la célébration.

Tony-Antoine Dibendila


E-mail