RDC : la vraie-fausse baisse du taux de dollar dans plusieurs lieux de négoce à Kinshasa

 RDC : la vraie-fausse baisse du taux de dollar dans plusieurs lieux de négoce à Kinshasa

Depuis la nuit de samedi 1 août 2020, le dollar américain se change entre 1500 Fc à 1.700 FC, dans plusieurs lieux de négoce à Kinshasa. Alors qu’il y a plusieurs semaines le devise se négociait à 2050 FC, sur le marché parallèle.

Dans des nombreux lieux de change, de Mont-Ngafula à la place Victoire, dans la commune de Kasavubu, de Limete, de Lemba au Marché de la Liberté à Masina, personne ne connaît les raisons de cette baisse vertigineuse du dollar. 
 « C’est la loi de l’offre et de la demande qui produit les effets. Il y a moins de francs congolais et le niveau de l’offre de la devise commence à augmenter« , a expliqué sur TOP CONGO FM, Jean-Louis Kayembe Directeur Générale de la Banque Centrale du Congo. 
 
La réponse de la BCC attendue
 
Sur le tableau d’affichage de la Banque Centrale du Congo rien a changé. Le taux officiel reste 1.976 Fc. Cependant, l’institution financière de l’Etat a annoncé la vente du dollars ce lundi 3 août aux banques commerciales. Une manière pour la BCC de retirer une masse monétaire du franc congolais sur le marché et atténuer la dépréciation de la monnaie locale face au dollar américain. 
 
“A partir de lundi le dollar va sensiblement baissé sur le marché, parce que la BCC va donner des orientations en la matière”, affirme Adler, un autre changeur de monnaie, qui suit de près la situation.
 
Le panier de la ménagère ne bouge pas
 
Même si certains se réjouissent de la baisse du dollars, sur le marché les prix des produits alimentaires n’ont pas changé, dans plusieurs Supermarchés de Kinshasa. Même situation pour la tarification de la communication. Une carte prépayée de 100 unités s’achète toujours à 2015 FC, soit de 1 USD. 
 
“Cette baisse du dollars sera de courte durée. C’est une pure spéculation de certains changeurs de monnaie à des fins politiques”, nous renseigne un expert. L’on se souviendrait que pendant la deuxième république, c’étaient pareil”, a-t-il ajouté. 
 
L’économie congolaise étant en récession, la capacité d’intervention de la banque centrale reste toujours faible, malgré des nombreuses mesures prises pour stabiliser la monnaie locale. Avec la baisse des exportations, le pays n’est pas en mesure de renflouer des devises étrangères pour faire face à des chocs internes. 
 
“Le milieux de change parallèle demeure incontrôlable. Il est donc difficile de stabiliser la monnaie dans pareille situation”, a poursuivi la même source. “La situation ici c’est dans l’amélioration de la production locale”, a indiqué le professeurs muteba, président du conseil d’administration de l’Observatoire de la dépense publique (ODEP).
 
Entre temps, la BCC envisage le contrôle des opérateurs miniers, qui n’ont pas encore rapatrier les 60% des devises des exportations, comme l’exige le code minier révisé.
 
LePouvoir/ Tsieleka
 

E-mail