RDC: Les dangers des crypto-monnaies, les trois raisons évoquées par la Banque centrale

RDC: Les dangers des crypto-monnaies, les trois raisons évoquées par la Banque centrale

La Banque centrale du Congo (BCC) a évoqué, dans un communiqué officiel, les trois raisons pour lesquelles elle invite le peuple congolais à ne pas exposer ses avoirs aux pièges d’escroquerie dernière les opérations de crypto-monnaies.

 

Premièrement. Les sociétés opératrices ne sont pas installées en RDC et ne sont pas soumises aux dispositions légales et réglementaires de la RDC.
 
En second lieu, les acteurs en jeu sont non régulés et opèrent en toute liberté sur base d’un protocole informatique reposant sur une technologie cryptographique et décentralisée, appelée Blockchain.
 
Dès lors, soutient la BCC, l’anonymat est gardé sur l’identité de donneurs d’ordre et des bénéficiaires. Encore que ces opérations comportent des risques élevés de cybercriminalité et de blanchiment des capitaux.
 
Enfin, les crypto-actifs requièrent un minimum d’appétence technique et financière difficilement justifiable dans l’environnement congolais. Cela, du fait qu’ils s’adressent généralement à des investisseurs avertis et sont eux-mêmes extrêmement volatiles, leurs cours pouvant s’effondrer à tout moment.
 
« Les dispositions de l’article 19 de la Loi n° 003/002 du 02 février 2002 relative à l’activité et au contrôle des Etablissements de crédit stipulent qu’aucune entreprise autre qu’un Etablissement de crédit ou institution de Micro finance agréé par la Banque centrale du Congo ne peut recevoir du public de fonds à vue, à terme fixe ou à préavis », rappelle l’Autorité de Régulation et de contrôle du secteur financier.
 
De ce fait, ajoute – t – elle, la population est invitée à la vigilance et à la prudence aux fins de ne pas exposer ses avoirs aux pièges des escroqueries du genre Bindo, Nguma, Deutch International, … de triste mémoire, dont les souvenirs douloureux sont encore vivaces.
 
D’après la Banque centrale du Congo, des structures telles que World Cryptocurrency International, Standard Capital, Rathe Investissement Groupe, opèrent déjà en RDC au travers des représentants, notamment à Bukavu, Goma et Kinshasa. Elles proposent à la population des crypto-monnaies contre leurs épargnes.
 
Pour attirer leurs victimes, précise la Banque centrale, elles proposent de taux d’intérêt très élevés de 4 à 8%  par jour et des marges bénéficiaires exorbitantes après 20 jours de souscription.
 
LePouvoir/Z.E
 

E-mail