RD Congo : Indignation collective. Pour TF1, les gorilles de montagne ne se trouvent qu'au Rwanda

RD Congo : Indignation collective. Pour TF1, les gorilles de montagne ne se trouvent qu'au Rwanda

C'est un reportage de TF1 qui porte un coup à la vérité, qui désinforme tout simplement. Au cours d'un journal de 20h la semaine dernière, cette télévision française privée affirmait que les gorilles de montagne ne se trouvent qu’au Rwanda voisin, alors que cette espèce de gorille a fait objet des plusieurs études et les résultats sont généralement consultables par le grand public. Ce dimanche au soir, le ministre congolais de l'Environnement et développement durable s'est exprimé.

« Effaré je suis d’avoir suivi le 20h de TF1 du 19/11 concernant les gorilles des montagnes. S’informer utilement auprès du site du Ministère http://medd.gouv.cd ou celui de l’ICCN. Les parcs de référence des gorilles/montagnes sont Virunga et Kahuzi-Biega. Vive la RDC, mon pays », a tweeté le ministre Claude Nyamugabo.

Un reportage qui a indigné plusieurs acteurs du secteur de l'environnement, dont certain le considère carrément comme une « provocation », TF1 ayant la possibilité de vérifier l’information auprès des sources crédibles dans la région des Grands lacs qui abrite ces espèces, au lieu de relayer une aussi contre-vérité qui sape, en outre, un effort commun entre différents partenaires, allant du gouvernement, passant par les partenaires internationaux, la société civile, jusqu'à l'ICNN.

Plusieurs études, dont « Population dynamics of the Bwindi mountain gorillas (la Dynamique des populations des gorilles des montagnes de Bwindi, en français) », paru en décembre 2009, et conduite par les chercheurs Martha M Robbins, Maryke Gray, Edwin Kagoda et Andrew M Robbins, retrace la population de ces gorilles qui se trouvent dans le massif des Virungas en RDC et au Rwanda, mais aussi dans le parc impénétrable de Bwindi en Ouganda, et que d'ailleurs les espèces se trouvant dans ce dernier site affichent un taux reproductif plus faible que celles des Virungas.

Tony-Antoine Dibendila


E-mail