A Kisangani, le parking du marché urbain transformé en véritable dépotoir

 A Kisangani, le parking du marché urbain transformé en véritable dépotoir
À première vue, l'on se croirait dans un jardin des maraîchères en région boyomaise, alors qu'en réalité nous sommes bel et bien au parking urbain en plein cœur de la ville de Kisangani aux alentours du marché urbain.
 
Ici, depuis le début des travaux de construction des îlots dits modernes d'une partie dudit marché, dont la vente avait fait couler beaucoup d'encres et de salives vers fin avril dernier.
 
Lundi 05 octobre sous le coup de 14 heures locales, les passagers et autres vendeurs environnants le lieu ne cachent plus leur désarroi devant une situation jugée d'inacceptable pendant cette période où le monde entier est confronté à une crise sanitaire mondiale, inédite.
 
Des immondices dégagées quotidiennement sont exposées là où devait se trouver le parking et cela pendant plusieurs jours avec comme effet négatif; des odeurs nauséabondes qui polluent l'air avec toutes les conséquences y afférentes, les maladies dites des mains sales, la typhoïde, entre autres.
 
« C'est révoltant de voir des immondices entassées les unes sur les autres alors que le marché urbain de Kisangani génère entre 4.500.000 et 5.000.000 de francs congolais le jour », s'est indigné un revendeur de carburant communément appelé Kadhafi. Un autre ambulant trouvé à 50 mètres de là ne comprend pas comment le gérant avait annoncé la construction des latrines à un coût qui fait rêver debout, plus de 23.000 dollars américains et n'est pas être en mesure de faire réparer un tricycle tombé en panne, abandonné sur le lieu.
 
Juste à côté, se trouve un parking mixte de fortune (auto-moto) envahit par ces immondices non dégagées, et les gens passent des journées entières en train d'inhaler et humer les odeurs des divers déchets, celles des urines y compris.
 
Interrogé, un membre du service de l'hygiène des agglomérations se dit inquiet de la situation et craint le pire dans les jours à venir si rien n'est fait en toute urgence pour évacuer ces immondices et chercher un dépotoir ailleurs.
 
Il convient de préciser que la ville de Kisangani fait montre d'un manque criant des véhicules d'utilité publique de divers ordres. Cependant, à l'époque de l'ancien maire de la ville de Kisangani devenu député national, Augustin Osumaka Lofanga Koy'okenge, la ville disposait d'un véhicule de vidange, celui d'évacuation des immondices... mais tous tombés en panne et la planification pour la réparation n'est à l'ordre du jour actuellement. Visiblement l'actuel locataire de l'hôtel de ville de Kisangani Jean-Louis Alaso Boselekolo, ne donne nullement impulsion.
 
À noter que tous nos efforts pour joindre le gestionnaire du marché urbain de Kisangani n'ont pas abouti.
 
Sébastien Mulamba, depuis Tshopo

E-mail