Injures « sexistes » contre Jeanine Mabunda

Injures « sexistes » contre Jeanine Mabunda

L'INFLUENTE AVOCATE GISÈLE NGUNGUA, ÉLEVÉE AU RANG DE DIGNITAIRE D'ÉTAT, EVOQUE LE BOULEVERSEMENT DE L'ÉCHELLE DES VALEURS

Il circule ces derniers jours dans les réseaux sociaux, de vidéos montrant de jeunes de l'UDPS, parti présidentiel, utilisant des expressions injurieuses contre la présidente de l'Assemblée nationale Jeanine Mabunda. Des propos qui ont créé de l'indignation dans l'opinion congolaise. Ce mardi, contactée par votre rédaction, Maître Gisele Ngungua, élevée il y a quelques jours au rang de Dignitaire d'État par la Chancellerie des Ordres nationaux, a énergiquement pris la défense de madame Mabunda.

D'un ton ferme, d'une voix paisible et d'un discours concis, depuis sa résidence à Lubumbashi la deuxième ville de la RD Congo, elle manifeste son mécontentement et voit dans ces expressions de dénigrement à l'encontre de la deuxième personnalité dans la hiérarchie des institutions congolaises, une sorte de bouleversement de l'échelle des valeurs.

« Nous devons tous comme les enfants d'une même fratrie s'insurger contre toute personne qui dénigre la femme, qui qu'elle soit, d'où qu'elle vienne ! Une nation qui tue sa mère est vouée à la disparition ! La femme mérite égard et respect ! Qui n'est pas sorti des entrailles d'une femme ? », questionne enfin celle qui est longtemps présentée comme « Mère Térésa » pour sa lutte en faveur des plus fragiles.

Gisèle Ngungua, qui est-elle ?

Influente avocate et l'une des voix juridiques importantes et très respectées dans le pays, au parcours élogieux jusqu'à être inscrite à la Cour Pénale Internationale. Femme engagée depuis l'âge de 17 ans et personnalité politique active en République démocratique du Congo, Gisèle NGUNGUA surnommé « Mère Térésa » a été honorée par la Chancellerie des Ordres nationaux par la remise d'une "Médaille de mérite civique des ordres nationaux", faisant d'elle Dignitaire d'État.

Elle a à son actif, avant cette reconnaissance de la République, 13 prix de mérite dont 5 internationaux (USA, Canada, Suisse et France) pour son engagement bénévole dans l'encadrement et la protection des femmes marginalisées dont les femmes victimes de violences sexuelles.

Sa phrase magique, « le bénévolat est la sève qui nourrit une patrie. » Pour dire en effet que « le patriotisme rime avec le bénévolat et le volontariat au profit de la nation. »

Des passages qui poussent en réalité à l'engagement au service de la nation.

Tony-Antoine Dibendila


E-mail