Destitution de Félix Tshisekedi : L'UDPS et les proches de Fayulu, versions croisées

Destitution de Félix Tshisekedi : L'UDPS et les proches de Fayulu, versions croisées

La toile ne cesse de s'enflammer depuis le soutien public que l'ancien candidat président de la République, deuxième à la dernière présidentielle, Martin Fayulu, porte à son nouvel allié Théodore Ngoy, lui également ancien candidat président. Ces deux politiques estiment que le président Tshisekedi doit être destitué pour violation intentionnelle de la constitution, similable à la haute trahison, pour ses dernières nominations dans l'appareil judiciaire. Principalement pour le dossier des juges Noël Kilomba Ngozi Mala et Jean Ubulu Pungu, qui souhaitent finir leurs mandats à la Cour constitutionnelle que d'aller ailleurs comme l'a souhaité Félix Tshisekedi. Ce jeudi, Martin Fayulu s'est exprimé à nouveau sur Twitter. Le parti présidentiel UDPS a fait de même, à travers d'autres médias.

« Je m’approprie cette citation de François Mitterrand : "La constitution, rien que la constitution, toute la constitution". La constitution est la fondation d’un État. Si elle est violée, les citoyens doivent réagir et les mécanismes de sa protection doivent être mis en mouvement », a dit, concis, Fayulu.
 
Quand León Mubikayi, président du groupe parlementaire UDPS, sur la radio Top Congo, considère la démarche de ce dernier comme téléguidée par le Front commun pour le Congo (FCC) de l’ancien président Joseph Kabila.
 
« Je suis étonné qu’aujourd’hui Martin Fayulu qui est de l’opposition puisse mettre en accusation le chef de l’État Félix Tshisekedi. Ça c’est une démarche purement du FCC. Si le FCC veut avoir une coalition avec Lamuka, nous le ferons avec le peuple congolais. S’il commence à s’allier avec Lamuka pour déstabiliser le chef de l’État, je crois que CACH  va faire une coalition avec le peuple pour résister à tout le monde qui voudra mettre en cause le chef de l’État. »
 
Pour rebondir, « le président tout ce qu’il a fait est conforme à la constitution. il n’a pas chassé les juges de leurs fonctions, il les a orientés dans une autre fonction. »
 
Lorsqu'Augustin Kabuya, secrétaire général intérimaire de ce parti, se résout à considérer que le FCC cherche à obtenir « la tête du président de la République. »
 
Les proches de Fayulu ne voient nullement les choses de cette manière. Et donnent leur version qui éloigne le FCC de leur démarche.
 
« Si Tshisekedi est destitué c’est le peuple qui va diriger le pays pour 3 mois et non le FCC (...) Lamuka ne deviendra jamais seconde épouse du FCC. L’UDPS est jalouse de Lamuka pour rien. C’est un combat de principe. Nous nous sommes engagés à défendre la constitution. Toute violation est une violation », a dit Prince Epenge aux médias.
 
Pour conclure, « Monsieur Félix Tshisekedi prend des ordonnances qui violent la constitution de manière intentionnelle. Et l’UDPS nous dit de nous taire. Nous ne pouvons pas rester complices d’un régime illégitime qui viole la constitution et les lois du pays. »
 
Tony-Antoine Dibendila

E-mail