« Comment Mokia a-t-il obtenu les parcelles de l'Union zaïroise des banques ? », Ngoy Kasanji reste combatif

 « Comment Mokia a-t-il obtenu les parcelles de l'Union zaïroise des banques ? », Ngoy Kasanji reste combatif
Dans une mise au point, parvenue jeudi soir à votre rédaction, faite par le député national Ngoy Kasanji sur le déguerpissement subi de  la parcelle achetée à 1.600.000 dollars auprès de Monsieur et Madame Keller, les révélations sur le jeu « obscure » de l'obtention de ces concessions appartenant à l'Union zaïroise des banques (UZB) par Gabriel Mokia et la promesse de reprendre bientôt sa parcelle, ont été au cœur.
 
Nous revenons sur « l'expulsion subie par nous le lundi dernier à notre résidence située sur l'avenue Roi Baudouin numéro 102, une expulsion injuste dans la mesure où nous n'étions pas notifié d'une quelconque décision de justice, ni ayant obtenu un préavis... »
 
L'ancien gouverneur de poursuivre, « on a vu lundi à 09h les éléments de la police débarqués chez nous. Ils ont commencé par arrêter mes gardes en jetant dehors chaises et autres biens avant de nous brandir une copie d'une ordonnance du Tribunal de grande instance, où il n'y avait un dispositif de notification.
Il s'en est suivi le déguerpissement comme si nous étions de petits monsieurs, de voleurs, des escrocs...
Cela a touché notre intimité, notre personnalité, dans la mesure où je suis un député national représentant la population, je suis propriétaire de cet immeuble, je détiens un certificat d'enregistrement n°483 folio 96 du 17 janvier 2013, suite à la vente régulièrement conclue le 03 janvier de la même année avec Monsieur et Madame Keller, tous juifs. Donc on ne peut pas comprendre que quelqu'un qui ne détient aucun titre de propriété peut débarquer et dire l'immeuble l'appartient. »
 
Et de rebondir en questionnant, « d'abord, posez la question à Monsieur Mokia, comment a-t-il obtenu ces parcelles appartenant à l'Union zaïroise des banques ? »
 
Pour que le député revienne enfin, après que son avocat ait retracé l'historique judiciaire de la concession en conflit, sur le jeu de passes qu'il qualifie de « Mafia » ayant caractérisé l'obtention de l'immeuble de l'UZB par Gabriel Mokia, qui en a perdu le droit après une décision de la Cour de cassation. Le combat entre les deux parties se poursuit en conseil d'État.
 
Tony-Antoine Dibendila

E-mail