Les délégués de la coalition FCC-CACH de nouveau sur la table de négociations, révèle Felix Tshisekedi

Les délégués de la coalition FCC-CACH de nouveau sur la table de négociations, révèle Felix Tshisekedi

Le président Tshisekedi est de retour à Kinshasa dans l'après-midi de ce jeudi, après son séjour à Brazzaville, la capitale du Congo voisin. Il y était depuis la veille et le contour de sa visite n'était pas clairement défini. Des longs échanges entre lui et son homologue Denis Sassous N'guesso, et aussi une rencontre avec la presse, au cours de laquelle il révèle le retour autour de la table des délégués du Front commun pour le Congo (FCC), plateforme politique de l'ancien président Joseph Kabila et ceux de sa famille politique Cap pour le changement (CACH).

Dans cette interview accordée à la presse, le président congolais Félix Tshisekedi se veut optimiste, il tient à la coalition dont les couacs de ces derniers jours entre les alliés paraissent tout à fait normal pour « une jeune démocratie. »
 
« L'essentiel est d'abord de regarder les intérêts du pays, et je crois que, les uns et les autres sont conscients de cette prise en compte des intérêts du pays. Et donc, nous allons finir par trouver des solutions. Ce que je peux vous assurer est que nous n'allons pas vers la rupture de notre coalition. Ça c'est certain. Mais évidemment et d'ailleurs en ce moment il y a deux camps qui discutent pour essayer de déblayer le chemin, voir de nouveau les conditions de pouvoir regarder dans la même direction », dit-il, l'air rassuré.
 
Pour cette fois-ci se montrer plus confiant, et tenter d'apaiser les inquiétudes.
 
« Mais ça ne doit pas vous déranger, c'est tout à fait inhérent à une jeune démocratie, à une première expérience politique. C'est la première fois je vous le dis que nous vivons une telle situation dans ce pays, ça ne pouvait pas se passer parfaitement. Même dans les vieilles démocraties les coalitions ont toujours posé de problèmes donc ça ne peut pas choquer. »
 
La coalition au pouvoir venait de connaître, comme d'ailleurs dans son parcours à dent de scie, de moments de grande tension. La fin de la coalition comme l'exige beaucoup d'opposants, n'était quasiment plus une question d'années, ont assuré nombre d'analystes politiques. Cette sortie aux couleurs « d'amour de raison » à l'égard de la coalition dont a affiché le chef de l'État congolais, pourrait porter assurance.
 
Tony-Antoine Dibendila

E-mail