RD Congo : Malgré l'interdiction des autorités, l'opposition mobilise pour sa marche ce lundi

RD Congo : Malgré l'interdiction des autorités, l'opposition  mobilise pour sa marche ce lundi

Moïse Katumbi a lancé tous azimuts une vidéo d'appel à la participation à cette manifestation, de même pour Martin Fayulu. Ces deux derniers, Jean-Pierre Bemba et Adolphe Muzito, ont tous signé la semaine dernière un communiqué dans le même sens. Ils disent, comme l'UDPS jeudi dernier, manifesté contre la désignation de Ronsard Malonda à la tête de la Commission électorale du pays (CENI).

Ils l'accusent d'être proche du Front commun  pour le Congo (FCC) de l'ancien président Joseph Kabila, ce que les cadres de cette plateforme rejettent avec un argument non négligeable : « la présidence de la CENI est un poste qui revient aux confessions religieuses, et non aux organisations politiques. » Assurant que Ronsard Malonda, cet expert de questions électorales n'est pas le candidat du FCC mais plutôt des religieux. Ils s'étonnent qu'on le lie abusivement au FCC.
 
Ces explications n'ont pas suffit, pour l'opposition, qui maintient sa marche et mobilise pour l'occasion.
 
« Je demande à tous les congolais de marcher pour revendiquer nos droits. La marche doit être pacifique. Je ne veux pas entendre que vous avez détruit les biens d'autrui, blessé les gens. Ça ne serait pas bon pour notre crédibilité », a dit Jean-Pierre Bemba dans sa déclaration.
 
Lorsque l'acien gouverneur Katumbi, appelle lui à travers une vidéo postée sur son compte Twitter, à « marcher en respectant les gestes barrières. »
 
Pourqu'enfin Fayulu, dans la même logique Twitter que son compère Katumbi, appelle à manifester : « partout où vous vous trouvez, sur toute l’étendue de la République. »
 
Les autorités ne voient guère les choses sous ce prisme en cette période d'état d'urgence. Elles maintiennent l'interdiction de manifester à travers le territoire congolais, et craignent surtout les débordements pouvant engendrer les violences et les casses comme lors de la marche de l'UDPS où il y a eu deux morts et une trentaine de blessés, à travers la République, selon la Police.
 
Tony-Antoine Dibendila

E-mail