RDC : « vieillir n'est pas synonyme de mûrir », retour sur le solennel message de maître Gisèle Ngungua sur les 60 ans de l'indépendance

RDC : « vieillir n'est pas synonyme de mûrir », retour sur le solennel message de maître Gisèle Ngungua sur les 60 ans de l'indépendance

La République démocratique du Congo a totalisé mardi 30 juin, 60 ans depuis son accession à la souveraineté nationale et internationale.

Un jour de fête, repris dans son hymne national, pour cette vaste nation d'Afrique centrale confrontée à d'énormes défis liés à son développement. Maître Gisèle Ngungua, politique et experte des questions juridiques, a lancé une réflexion basée sur l'avenir de la République démocratique du Congo, dans son message à l'occasion de cette date mémorable. A l'orée d'un enchaînement de questionnement, elle appelle à plus de responsabilité.

« 30 juin 1960 - 30 juin 2020, 60 ans de tâtonnement, vieillir n'est pas synonyme de mûrir », entame-t-elle, sereine.
 
Et reprend, plus vive et d'un ton religieux, « à l'aune de ces 60 ans d'indépendance, devons-nous nous rejouir ou devons-nous repenser notre volonté commune de vivre ensemble gage de notre force ? Que pensaient nos pères fondateurs le 30 juin 1960 en arrachant, au prix du sang, l'indépendance des mains du colonialiste belge ? C'est la réflexion que je lance à tout congolais durant ces 6 mois qui nous restent afin de clôturer 2020, année de toutes les surprises, année où l'Éternel Dieu, créateur du ciel et de la terre, a démontré la petitesse et la fragilité de l'homme face à la nature ! »
 
« Cependant, avec un surseaut de patriotisme et de volonté au travail, nous pouvons sortir de ce tunnel sombre miné par le tribalisme, le communautarisme, le clanisme et la haine. La République démocratique du Congo doit prouver qu'elle est le cœur de l'Afrique et doit, du haut de l'immensité de sa superficie et de ses richesses insolentes, se mettre fièrement debout pour le travail », tranche-t-elle, avec un air d'optimisme. Elle qui se veut attacher à sa mère-patrie.
 
A l'occasion de ces 60 ans d'indépendance, le président congolais Felix Tshisekedi, et son prédécesseur Joseph Kabila, ont eu également a passer un appel à l'unité. Le roi Philippe de Belgique, pour sa part, a exprimé ses « profonds regrets » pour les crimes commis par son pays pendant la période coloniale. 
 
Tony-Antoine Dibendila

E-mail