RD Congo : Désignation du président de la CENI, le président Tshisekedi joue à « l'équilibriste »

Tshisekedi

L'actualité congolaise est bousculée par la désignation de Ronsard Malonda comme candidat président de la Commission électorale du pays (CENI) par la plateforme Confessions religieuses, faisant de lui favori pour occuper ce poste.

Les catholiques, les protestants, qui font partie de ladite plateforme, et le parti présidentiel UDPS n'entendent crédibiliser le profil de cet expert aux questions électorales, au motif qu'il serait proche du camp de l'ancien président Joseph Kabila. Des manifestations sont prévues, d'autres se sont tenues ce weekend dernier. Lors du conseil des ministres du vendredi 03 juillet, le président congolais Félix Tshisekedi a plaidé pour « le consensus et l'apaisement », également la prise en compte des revendications des « uns et des autres. »

« Le président de la République a été informé que la procédure devant conduire à la désignation des candidats au sein de la CENI, fait actuellement l’objet de fortes contestations. Elles concernent les différents acteurs intervenants, sur fond des rapports contradictoires faits par tel ou tel camps, sans préjudice des diverses irrégularités ayant entaché le processus devant conduire à la présentation du candidat de la plateforme Confessions religieuses », a relayé le compte rendu de la réunion gouvernementale.
 
Qui a poursuivi, « devant le risque d’instabilité que pareille situation est susceptible de créer, le président de la République, en tant que garant du bon fonctionnement des institutions de la République, est appelé à veiller à tout moment à l’apaisement au sein de la communauté nationale. C’est ainsi qu’il a recommandé qu’un tel processus qui impacte la politique générale du pays, soit conduit dans un esprit de consensus, d’apaisement et dans le strict respect des règles régissant cette plateforme. »
 
Pour enfin conclure ce chapitre, « c’est pourquoi, il recommande aux différents acteurs intervenants de prendre en considération les revendications des uns et des autres et d’aplanir les vues avant tout avancement dans ce processus. Il y va de la crédibilité même du processus électoral qui ne doit nullement être entaché d’irrégularités.
 
Aussi, le président de la République a-t-il tenu à ce qu’il soit entendu qu’il veillera personnellement à ce que la procédure de cette désignation et le processus électoral, soient crédible. »
 
Entre temps, les contestations se poursuivent. Les communautés religieuses ayant porté choix sur monsieur Malonda, assurent pourtant que la désignation de ce dernier respecte le processus, elle a surtout été transparente. Et que les contestataires, dont les Églises catholique et protestant, y ont pris part. Elles considèrent donc comme une « fuite en avant » le débat autour de la reforme de la CENI que portent désormais les deux grandes Églises précitées, car n'ayant pas pu faire passer leurs candidats. Ces dernières se défendent en exigeant la réforme avant toute désignation. L'Assemblée nationale a quant à elle acté le choix de la plateforme Confessions religieuses sur Ronsard Malonda.
 
Tony-Antoine Dibendila
 
 

E-mail