RD Congo : Le coordonnateur de l'Agence anti-corruption aux arrêts

RD Congo : Le coordonnateur de l'Agence anti-corruption aux arrêts

Ghislain Kikangala est accusé d'extorsion et abus de pouvoir. Son interpellation suivie de mandat d'arrêt provisoire ce vendredi à Kinshasa font suite aux vidéos qui ont largement circulé dans les réseaux sociaux, où on pouvait voir deux agents, des chargés de mission de l'Agence de prévention et de lutte contre la corruption (APLC), relevant directement de la Présidence, percevoir dans les heures tardives et en liquide une somme de 30.000 dollars dans les locaux de la banque nigériane Access Bank. Somme présentée comme caution pour la remise en liberté du Directeur général de cette institution bancaire, Arinze Kenechukwu.

« Maître Ghislain Kikangala, coordonnateur de l'Agence de prévention et de lutte contre la corruption #APLCR a été placé en garde à vue pour besoin d’enquête. Il ne sera fait aucun commentaire afin de préserver le secret de l'instruction », a confirmé vendredi soir Chouna Lomponda, porte-parole de l'APLC.

Agence créée pour mettre fin à la délinquance financière dans le pays, cheval de bataille de la nouvelle administration de ce vaste pays d'Afrique centrale réputé mauvais élève en terme de corruption, son coordonateur et deux agents sont eux-mêmes donc soupçonnés de magouille. Les deux chargés de mission, convoqués par le Parquet général près la Cour d'appel de Kinshasa/Gombe au même titre que Monsieur Kikangala, ne se sont pas présentés. Plusieurs sources judiciaires assurent qu'ils sont en fuite.

« Dans un pays où même les gens censés lutter contre la corruption sont corrompus. Le coordonnateur de l'Agence anti-corruption placé sous mandat d'arrêt provisoire, les deux agents incriminés en fuite, c'est à dire que le mal est profond », regrette un cadre de l'UDPS, parti au pouvoir.

Amani Cibambo, avocat d'Access Bank, a déposé les vidéos accusatrices et la décharge signée par ces agents de l'APLC au Parquet.

La banque au cœur du scandale est, elle, poursuivie pour blanchiment des capitaux, lié au financement du terrorisme. Son Directeur général était détenu par l'APLC, avant que cette autre affaire n'apparaisse.

Tony-Antoine Dibendila


E-mail